logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/01/2018

Le Maître des Symphonies

Le Maître des Symphonies

    Au moyen-âge fut inventé par un moine la partition de musique. Ce concept merveilleux se répandit, et un homme, un comte en fit son instrument de mesure ; il écrivit nombres de partition de musique connus et moins connus, avec des sonorités adaptés aux instruments de musiques de l’époque.
    Ce sera de retour d’un long voyage pour présenter ses oeuvres qui lui vint La symphonie. De la première croche jusqu'au dernier soupire. Une musique qu’il écrivit en pas moins de deux ans.  La récente invention de la partition lui conféra une plus large écoute théorique.
    Mais lors de sa représentation, ce fut un échec, un fiasco .Seul une poignée de spectateur purent percevoir, dans un méandre de sonorité,  l’ensemble d’une oeuvre unique mais trop complexe pour les gens communs.
    Oublié de tous , ses oeuvre restèrent dans les archives d’une Abbey pendant près de deux siècles. Le hasard fit ressurgir ces partition d’antan afin d’être décortiquées par l’un des premiers maestro, un compositeur qui retranscrit le chef-d’oeuvre et y perçu plusieurs oeuvres en une.
    Ayant parcouru les manuscrits, il s’essaya à répartir les thèmes ; C’est avec son maître qu’ils réécrivirent cinq symphonies d’une finesse exceptionnelle mais dont les instruments de l’époque n’étaient guère adapter à ce type de mouvement musical.
    Les cinq symphonies, à l’origine unies, furent distribuer à des maîtres dans le domaine, aux quatre coins de l’ancien continent.
    Des retranscription uniques mais nécessitant une oreille absolue, rare et subtile.
    Les symphonies disparurent mais les oeuvres réapparurent comme par magie , par transmission de pensées chez des compositeurs de génie; dans les cités des musiciens bien plus tard.
    L’oeuvre original ne fut jamais joué dans son ensemble mais on retrouve au fil du temps des accords et des thèmes ,chez certains compositeurs, qui restent fidèle au recueil originel…

JEAN

13/01/2018

Projet Expansion

Projet Expansion

    Je me suis fait quelques petites réflexions ; d’une part la limite de la vitesse de la lumière et d’autre part deux points ,identiques et complémentaires, dans l’univers irrémédiablement attiré l’un vers l’autre …
    Je me suis imaginé une propulsion de manière exponentiel de la trajectoire d’un photon. Est il possible de chargé un photon en alternance, positivement et négativement ou un groupe de photon. Je dis un photon quelque peu au hasard car il s’agirait de créer deux points identique distancé , éparpillé dans l’univers.
    Ce n’est autre qu’une hypothèse de replis de l’espace que j’ai en tête, et pour ce faire, imaginons deux points ; un ici en orbite de la terre, (un point de la taille d’une ville moyenne) où son double, identique serait propulsé à l’autre bout de la galaxie et par un procédé logique, l’espace se replierait permettant une ouverture vers l’inconnu.
    S’appuyant sur le magnétisme attractif galactique, une version universelle s’appuierait sur la constante expansion de l’univers.
    Ce lien qui, entre deux points(point A ; point A) ,permet d’éloigné suffisamment les deux point l’un de l’autre suivant dans sa totalité de masse, jouerait un rôle de référencement.
    Peut-être au point où l’homme maîtriserait son univers et choisirait entre expansion , pour l’allé et contraction, pour le retour.
    Simple idée purement hypothétique .Bien sur le facteur «champs libre» entrerait en compte mais le but étant d’aller chercher loin, au besoin d’une attraction magnétique, un lieu dans l’univers, ou d’abord la galaxie afin d’y insuffler l’énergie nécessaire au replie de l’espace temps.
    Nôtre espace ainsi replié , l’envoie de sonde et même de stations en attendant un éventuel navire. Le choix de propulser, d’accélérer la vitesse d’un photon afin d’être rapidement à distance dans l’espace, d’un je ne sais quoi une sorte de ionification propulsée qui s’éloignerait et deux point A identique en tout sens afin d’obtenir un trajectoire dite propre et de créer un sorte de fenêtre, un ouverture spatial et de s’appuyer sur des liens magnétique pour permettre aux deux point, (par un précédé comme une fusion) de rester lié et irrémédiablement attiré l’un vers l’autre.
    Encore faudrait-il avoir les outils nécessaire à un tel projet ; les calcules et la connaissance indispensable mais surtout, encore et toujours, et surement, l’énergie suffisante…
    Une ionification propulsée en un lieu précis à l’autre bout de l’univers et qui «grandirait» simultanément, de part et d’autre afin que leurs états, d’un bout à l’autre soit attiré pour finalement formé qu’une et une seule fenêtre spatiale. Un sorte de vortex spatial pour aller au delà des limites actuelles.
     Une sorte de combinaisons ionique ou amas photonique qui s’appuierait sur des trajectoires magnétique déjà existantes, en ce qui concerne la galaxie ; puis l’expansion de l’univers, dans son volume choisissant sa contraction pour un trajet retour ; mais cela n’est qu’une simple supposition, une logique approximative ou le bon sens dans un domaine totalement inconnu.
    Ce genre de théorie ne se voit, d’habitude, qu’au cinéma et n’a jamais fait l’objet d’une réflexion aérospatiale et scientifique, car pour l’heur reste du domaine de l’inconnu…

    Une idée, rien qu’une idée. Ni plus ni moins !! Qui n’a pas rêvé d’apporter sa pierre à l’édifice?… Qui n’a pas encore rêvé de l’espace et du cosmos? C’est un rêve d’enfant bien-sûr mais j’espère qu’il vous aura plus à défaut d’être réalisable à nôtre époque …

JEAN

17:52 Publié dans Concept, Récit, Rêve, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

12/01/2018

La Forteresse Blanche

La Tour de Lait, La Forteresse Blanche

     J’ai fait un rêve, il y a quelques temps de çà, un rêve inoubliable : J’étais dans la forteresse blanche, les murs étaient fait de lait ou plutôt couverts de Yogourt .
    J’étais prisonnier mais sans crainte puis un gardien me demanda si j’allai me tenir tranquille, me mennotta avec une drôle de paire de menottes, à la main droite et me conduisis dans une pièce où des enfants dormaient. Il m’attacha à mon siège de la main droite mais un des enfants se réveilla alors que le gardien faisait quelque chose.
    De ma main imaginaire droite, celle qui était attachée, je décocha à l’enfant une impulsion psychique qui le choqua. C’était un petit garçon souriant et à tendance aventurier…
    Dans un premier temps, j’ai cru qu’il voulait sortir et profiter de la porte ouverte pour s’échapper, il était petit, peut-être quatre ans, mais j’ai gardé cela en mémoire, et avec du recul comme un regret de lui avoir fait çà, à ce petit gars ; soit il voulait s’approcher de moi, étant attaché, soit sa curiosité le rendait espiègle et aventurier.
    Mais c’est lorsque, de ma main imaginaire, je lui envoya un rayon «magique» pour le stopper, que je me suis réveillé : étrange.

    Je ne cherche plus la valeur symbolique de mes rêves car je crois que ma présence et ma conscience, ma mémoire est nécessaire en ces lieux.
    J’imagine ces derniers rêves comme des mondes où je me doit d’être selon la volonté des esprits.
    Etre et ne pas être mais l’essentiel reste la mémoire et le ressenti ; car si nôtre corps reste sur la terre , nôtre esprit lui est libre de toute attache selon toujours la volonté des esprits.
    Car dans nos rêves, nous ne somme pas libre , en général, nous sommes acteur dirigés par le temps et l’espace qui nous sépare de ces lieux.
    Mais cela aurait fait un beau court métrage pour le cinéma ; une scènette comme l’imaginaire, nôtre imaginaire sait les façonner, une scène de vie.
 
JEAN

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique