logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/11/2017

Une Journée Parmi les Voix

Une Journée Parmi les Voix

 

Beaucoup de schizophrènes ont pris conscience d'entendre des voix qui ne sont pas les leurs et c'est là leur particularité, des voix qui viennent de nul part, certains n'en ont pas ou n'ont pas pris conscience d'en entendre.

Une voix quelque soit sa nature, physiquement non-identifiable auquel le sujet peut poser la question à maintes personnes dans la rue ou ailleurs ,cherchant son origine logique, engendrant un comportement étrange vis-à-vis des passants mais pas forcement dangereux selon la nature des voix impliquées, dans les débuts des symptômes.

Cependant lorsqu'ils sont seuls et qu'ils perçoivent encore ces voix, là ils se rendent compte de leur problème, toujours selon la nature du contenu et leur environnement.

Tandis que certains schizo n'ont qu'une simple impression de mal être, ou angoisse. La plupart des débuts de maladie chez les sujets sont dû à des voix qui établissent une sorte de jugement de leur vie passé et les incitent à obéir, elles sont, pour ce que j'en sais très persuasive et ne cessent de s'adresser à eux comme une vraie personne...

Il faut remettre les voix dans le contexte et dans le profil du schizophrène concerné. Celles-ci ne sont pas définitives mais plutôt évolutives : elles vivent  avec le temps chez les schizophrènes.

Elles peuvent être positives ou négatives, être un plus dans la vie ou devenir un véritable boulet.

 

Voici l'une de mes journée type en période de rémission, où la psychose et l'angoisse ont laissé place à la créativité.

 

Lire la suite

19:02 Publié dans Nouvelle, Perso, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

06/11/2017

Dihnka

Dihnka

    Qu’est-ce que c’est que ce titre me direz vous?!!… Eh bien , c’est du javanais de schizo ?Mon Nandé, mon javanais qui signifie «Diner!?!»….
    La particule «ka» en japonais implique une question et dihn pour diner. Cela reste l’un des très de caractère des voix avec lesquels je me bats en cette époque afin de sortir et de faire quelque chose de ma vie …
    Nous sommes, ma mère et moi, allé voir le dernier film de Dupontel, Albert de son petit nom, «au revoir la haut» tiré du livre de Pierre Lemaitre prix goncours et nous avions l’envie de manger en ville …
    Mais , pour moi, c’était sans compter sur les voix qui, rebelles, remuèrent ciel et terre pour m’en dissuader, au dernier moment. Avec moult ingéniosité de leur part et plus que de simples tentation de dire non, elles se firent le scénario dans ma tête pour bien me faire comprendre qu’elles y étaient farouchement opposées…. à cette sortie planifiée.
    Je dis bien planifiée car depuis que ma mère a lu le livre de Pierre Lemaitre, elle attendait avec impatience de me faire partager cette histoire au grand écran avec un humour noir, tout à fait le style de Dupontel. Afin de voir en image cette adaptation, Christiane planifia depuis longtemps nôtre sortie.
    Alors lorsque j’ai compris la position des voix , j’ai dis Dihnka : du nandé compréhensible, soit pour les voix une volonté propre de leur désobéir et d’aller arpenter les rues de Nice pour la découverte de ce film, ainsi qu’à la suite, aller manger un morceau dans un restaurant.
    L’épreuve des voix passé, et la bonne impression du film, l’estomac plein, de retour à la villa , les vilaines bébête que sont les voix se sont calmées et même, étaient plus joyeuse que jamais.
    Il suffit d’un rien pour faire leur bonheur et le miens… D’où, une très belle journée….

JEAN

13:46 Publié dans Perso, Récit, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

Le Nouveau Romain

Le Nouveau Romain

    J’imagine que cela coûtera car mais après tout, cela peut ne rester qu’une idée.
    Imaginons un instant, pas toute une ville ni un quartier mais un patté de maison aux ancienne fondation romaine en ruine qui serait réhabilité.
    Construire du vieux, avec toutes les techniques possible, sur du vieux : c’est-à-dire, redonner son image d’antan à des ruines romaines. Pour des touriste ou des visiteurs qui s’acquitteraient d’un paiement pour la visite guidé.
    Un musée à ciel ouvert, à l’identique d’époque… Certes de nos jours, on peut admirer les constructions romaines sur nos écran  ; tout en trois dimensions avec des voix synthétique qui vous repère et vous explique ce que vous observez.
    Mais je crois que jamais des fouilles archéo-logiques n’ont donné lieu à une reconstruction d’un site, car la réhabilitation couterait … un bras.
    Moi, c’est comme çà que j’aimerais un musée, qui s’en donne les moyens. Et tout opérationnel, quitte à en faire un lieu de tournage cinéma-tographique avec de grands panneaux bleus ou verts autours du site pour l’incrustation numérique d’un autre décors.
    Je ne sais pas ce qu’imaginerait les plus jeune visiteur s’ils pouvaient discuter avec des figurants aux habits d’époque parlant à moitié Français et Latin.
    Que serait cette expérience vis-à-vis des touriste face à une telle semi ville romaine entièrement réhabilité.
    Mais qui se donnerait les moyens de faire de tels travaux …
    Il y a bien des château fort qui sont en cours de travaux avec des bénévoles et des dons de particulier …
    A Cimiez, à Nice, à côté de chez moi, il y a le parc des arènes et comme un rêve de même, j’adorerait de voir le site du musée remis à neuf et opérationnel ; Les thermes, les fours à pain, les arènes, les chemins et autres maisons ou commerces etc …

JEAN

L’Atelier du Peintre

L’Atelier du Peintre

    C’est après la méditation de dimanche dernier qu’il m’est venue cette idée. Une idée ou une voix un peu naïve car, mon existence assez isolé sur les hauteurs de Cimiez, loin de tout et loin des gens ; mes amies les voix me suggérèrent un radical changement.
    Ceci est leur récit …
    J’aurai continuer de vivre dans le studio de la villa, cependant connaissant Christelle et ses appartement, j’aurai loué son studio en centre ville afin de me mettre à la peinture.
    Cela aurait été mon atelier de peinture. Concevoir mes propre toiles et leur chasses, et, avec un chevalet, me mettre à peindre Nice dans ses rues.
    Mon envie de perfection et d’innovation était très tentante ,cela ne reste qu’un souhait des voix, je le sais bien ; mais j’aurai peint Nice sous un nouveau jour et j’aurai accumulé les oeuvres dans le studio de la rue assaillit.
    Un ordinateur, une table, une imprimante, un appareil photo et me voilà peignant d’après photo au coeur de l’agitation citadine.
    Qui sait, peut-être n’est-ce pas une si mauvaise idée : cela me changerait de ma routine à Cimiez le haut.
    Mais les voix précisèrent , pour romancer le tout, que je n’aurait pas arrêter de fumer. Et la fumée souvent dans mes yeux les années qui défilent , j’aurai peu à peu perdu la vu.
    Mais dans un âge avancé, avec un peu d’aide, je n’aurai pas cessé de peindre : le peintre aveugle, usant de malice et de techniques pour poser sur toile ce que mon imaginaire, carthografiant mon environnement, un peu d’aide pour m’installer mais une épreuve basée sur la mémoire et le besoin de créer.
    Les voix voulaient que je sorte plus plutôt que je m’enferme dans une routine à contre sens.
    Moi, je ne sais pas de quoi est fait l’avenir, je ne suis pas devin …Le peintre aveugle qui peint de mémoire et regorge de finesse.

    Ce n’était pas des mots ni des phrases mais une forme de vision consciente où la tentation de peindre, l’envie se faisait vraiment très  persuasive .
    Je suis comme tout le monde ma volonté a ses limites … Dieu seul sait si ma mission sur terre n’est pas encore achevée. Alors je laisse cette imagination me transporter, entre celui des voix, quelque soit leur nature, ma volonté et mes projets , plus ou moins réaliste.
    De quoi est fait l’avenir? Nul ne le sait alors en attendant je pose ces idées sur papier pour en laisser la trace de leur passage parmi nous …

JEAN

27/10/2017

Chaotic People

Chaotic People

 

Dans le reportage : «l’ennemis intime» sur la schizophrénie, on voit bien les difficultés aux familles d’obtenir un peu d’aide dans le départ de la maladie de leur enfant.

Les différentes étapes du schizophrène et sa multitude de variété . Moi aussi je suis schizophrène mais je ne me reconnais dans aucun de ces cas , du reportage .

Mon infirmier du centre médico psychologique qui me rend visite de temps en temps m’a dit un jour : « Il y a autant de schizophrénie différentes qu’il n’y a de schizophrènes» . Cela veut dire que tous ces patients ont leur propre symptômes bien particulier. Les spécialistes font le regroupement quant aux indications et établissent un diagnostique. Mais pour la plupart comme moi , ils entendent des voix.

J’aurai aimé un reportage sur la schizophrénie montrant un individu, pas dangereux, dans les différentes étapes de sa psychose , jusqu’à la rémission.

 

La rémission n’est pas une guérison ,si l’individu entend des voix, il vit avec ces voix, les apprivoise, et en font son alliés ; on peut dire que les vieux schizophrène vivent leur maladie en parfaite harmonie, sous médication bien sûr sauf exception…

La rechute ou crise est plus souvent du à l’environnement qu’à la psychose elle-même l’arrêt de soins et l’arrêt des médicaments. Ce sont des coïncidences qui s’accumulent aux yeux du malade et lui font perdre ses dernière notions de réalité.

La perte de contrôle sur «les voix» peut avoir de graves répercutions.

Dieu merci, je n’ai pas ou plutôt jamais perdu le contrôle sur moi-même. Même si la tentation se fait abondante et envahissante , et si la spontanéité est l’ennemi le plus dangereux, le libre arbitre reste quelque chose de primordiale et ce sont les neuroleptiques qui facilitent cette stabilité et cet notion du danger chez les individu.

 

Rare sont les patients qui n’ont plus besoin de molécule pour s’épanouir dans la vie.

 

Pour ma part le cas est différent car j’ai assimilé toutes formes d’idées à la parole des voix ; qu’elles soit mot images ou sentiments. Je sais, du moins je crois savoir que ma vie est faite de voix, qu’elles soient positives ou négatives, il me faut cette petite béquille que sont les neuroleptiques pour faire le choix de ne garder que ce qui m’apporte un plus dans ma vie.

J’assimile chaque idée , chaque impression, au retour des voix comme si j’étais leur esclave . Cependant il n’y a pas que du mauvais à avoir pris conscience de ce fait, et je ne suis surement pas le seul à user de cette créativité pour mon compte personnel et le partager avec mes proches .

 

JEAN

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique