logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/02/2017

Un Avenir sans Fin

Un Avenir sans Fin



    L’avenir sans fin qui tourne dans ma tête certaines fois où le futur s’offre à moi comme une page vierge, vierge comme moi, heureusement ne me fait pas craquer mes nerfs à vif.

    Si je pensais à me mettre en couple avec une femme qui me ressemblerait, mais même pas, il faudrait par exemple que j’adopte un enfant ; avec tout le temps libre que j’ai, je pourrais l’élever avec patience et méthodologie ; mais pour un homme célibataire vivant chez sa mère, je n’ose pas imaginer la montagne de documents administratifs et des justificatifs qu’il me faudrais fournir pour finalement être sur une liste d’attente interminable.
    Je préfère en rire qu’en souffrir d’une situation réel : chez moi tout est irréel. Alors pourquoi pas m’imaginer adopter un petit. Un petit européen : vingt ans d’attente!… Trop vieux pour assumer la garde. Un petit africain, pourquoi pas!? Un petit tibétain qui avec moi ferait de la méditation zen ; il rentrerait dans un monastère bouddhiste et ne voudra pas rester à la villa. Un petit juif : le treizième d’une portée, une erreur de comptage chez les parents et une offre à ne pas manquer ; je sais pas quand il sera grand, il fera des affaires et du bizness … Un petit musulman, lui faire faire des études qu’il devienne médecin ou avocat, ou politique , si il ne se met pas au shit et finisse dealer .
    Comme çà, ça parait simple, adopter un petit chinois ou un petit sénégalais ou un petit éthiopien . Tout çà pour dire que durant mes vieux jours, il y a de grandes chances que je finisse seul ; personne pour hériter, de la villa, de mon intuition, de mon adresse

    Je ne sort pas ; j’aime pas çà! C’est la guerre dehors.A tout moment on risque sa vie dans les rues…

    Je me suis inscrits sur un site de rencontre mais je me suis fait rembourser au bout de quatre jours : c’était les bonnes résolutions de l’année ; qui n’ont pas durées

    J’ai diminué ma consommation de tabac mais je commence à le dire dés maintenant, si je tombe malade , je ne veux pas être soigné, j’aurais été trop soigné durant ma vie, ni dans un hôpital où j’ai de trop mauvais souvenir , ni a domicile ; ni infirmier, ni docteur, pas plus de chimiothérapie que d’aspirine, je veux mourrir d’une mort simple dés que mon corps sera atteint.

    Et oui , c’est comme çà!…



JEAN

13:43 Publié dans Concept, Perso, Récit, Texte |  Imprimer

20/02/2017

La Dernière Torche

La Dernière Torche
ou Une lumière dans les ténèbres



    Et si dans les cieux, des petites étoiles, il y en avait des millions . Difficile de reconnaître alors celle qui est venue me rendre visite.
    Mais alors les cieux ont une façon mystérieuse ,pour les humains et les esprits, de faire de la lumière.
    Car dans mes prières, j’ai promis à Dieu que lorsque je serais dans l’au-delà ,je répondrais sa lumière aux confins des mondes. Comme une tâche à accomplir après ma mort pour compenser ma vie terrestre qui ,malgré moi est bien légère: pas de femme , pas d’enfant , pas d’ami , pas de profession véritable, et une forme de vie en suspend.
    J’apprendrais à mimétisme la lumière et avec une immense bougeotte ,je parcourrais ces lieux dépourvus de lumière.
    Je ne sais pas encore ce qu’il adviendra de moi ; peut-être je me réincarnerais ou alors je demanderais à être un gardien de la lumière. Je prendrais une torche et je me promènerais dans les ténèbres afin de rencontrer les esprits qui y habitent. Peut-être ceux qui m’ont parler durant ma vie terrestre, et , face-à-face j’essaierais d’apaiser leurs craintes et réduirais leurs conflits avec les cieux

    Comme un réconciliateur , c’est, dans un début, avec une torche que j’irais vers les autres dans un monde, une dimension où il n’y a pas d’amour, ni de mémoire, ni de confiance ; j’essaierais tant que je pourrais d’être leur lumière ; avec ma mémoire et mon instinct.
    Je serais l’ami des ombres pour le meilleur et pour le pire…!



JEAN

11:31 Publié dans Concept, Perso, Récit, Texte |  Imprimer

12/02/2017

Panne Sèche

Panne Sèche

En retard au travail ou simple promeneur, aujourd’hui les gens se hâtent de prendre les transports en commun. Peut-Être une fuite d’essence ou un oubli de faire le plein, ils ne se rappelaient pas être sur la réserve, pourtant ils sont tous en panne sèche. Les plus courageux attrape un bidon afin d’aller à la station service la plus proche. A l’arrêt de bus, un bus , en panne sèche, d’ailleurs le chauffeur est allé chercher de l’essence comme tout le monde ce matin. Les usagers intrigués de ne pas pouvoir monter dans le bus, guettent avec impatience le retour du chauffeur. Sur les trottoirs, les gens se dirigent vers la station avec leur bidon. Une journaliste et son cameraman interrogent une passante avec un landau mais au lieu d’un cousin, il y a un énorme bidon , visiblement plein, la côte est raide et la jeune femme souffre pour poser son chargement sur le trottoir mais la journaliste fait mine de s’intéresser à son sort. Tandis qu’elle raconte ses débouards avec sa voiture le cameraman qui tiens , non pas une camera mais un bidon vide, lui siphonne son essence. A l’arrêt de bus les usagers crient victoire, après avoir confondu plusieurs fois leurs chauffeurs avec ; une très vieille dame, un facteur et un livreur, leur chauffeur arrive avec une brouette remplis d’essence et mis à part les vertiges de ses clients à son arrivée du aux vapeurs , il fait entrer tout le monde dans le bus et essaye vainement de faire le plein. Il remonte dans le bus et demande si quelqu’un a un tuyau en plastique. Trois jeune au fond du bus qui fument un pétard lui disent en avoir un  et le chauffeur du bus sort excédé car les jeune lui ont VENDU le tuyau: 50 balles, et il est presque sûr qu’ils n’ont même pas de titre de transport. La grosse galère du chauffeur pour remplir le réservoir, puis les gens avec leur bidon d’essence sont de retour , ils retournent chez eux mettre de l’essence dans leurs véhicule puis la chaussée retrouve peu à peu ses habitudes. Même les deux-roues, qui préférèrent pousser leur engin jusqu’à la station, retrouvent leur route préférée. L’évènement fut localisé heureusement mais la nouvelle passa au information à la télévision : Disparition de l’essence dans tout un quartier; une panne sèche généralisée. Dans ce cas là, il n’y a que le système D…

Qu’y a-t-il de plus important que l’essence pour les citoyens?! L’électricité, j’y reviendrais avec un texte qui s’appellera «block out»en anglais, ce qui donne en français «sans électricité»… Peut-être…

JEAN

11:03 Publié dans Humour, Récit, Texte |  Imprimer

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique