logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/01/2018

La Forteresse Blanche

La Tour de Lait, La Forteresse Blanche

     J’ai fait un rêve, il y a quelques temps de çà, un rêve inoubliable : J’étais dans la forteresse blanche, les murs étaient fait de lait ou plutôt couverts de Yogourt .
    J’étais prisonnier mais sans crainte puis un gardien me demanda si j’allai me tenir tranquille, me mennotta avec une drôle de paire de menottes, à la main droite et me conduisis dans une pièce où des enfants dormaient. Il m’attacha à mon siège de la main droite mais un des enfants se réveilla alors que le gardien faisait quelque chose.
    De ma main imaginaire droite, celle qui était attachée, je décocha à l’enfant une impulsion psychique qui le choqua. C’était un petit garçon souriant et à tendance aventurier…
    Dans un premier temps, j’ai cru qu’il voulait sortir et profiter de la porte ouverte pour s’échapper, il était petit, peut-être quatre ans, mais j’ai gardé cela en mémoire, et avec du recul comme un regret de lui avoir fait çà, à ce petit gars ; soit il voulait s’approcher de moi, étant attaché, soit sa curiosité le rendait espiègle et aventurier.
    Mais c’est lorsque, de ma main imaginaire, je lui envoya un rayon «magique» pour le stopper, que je me suis réveillé : étrange.

    Je ne cherche plus la valeur symbolique de mes rêves car je crois que ma présence et ma conscience, ma mémoire est nécessaire en ces lieux.
    J’imagine ces derniers rêves comme des mondes où je me doit d’être selon la volonté des esprits.
    Etre et ne pas être mais l’essentiel reste la mémoire et le ressenti ; car si nôtre corps reste sur la terre , nôtre esprit lui est libre de toute attache selon toujours la volonté des esprits.
    Car dans nos rêves, nous ne somme pas libre , en général, nous sommes acteur dirigés par le temps et l’espace qui nous sépare de ces lieux.
    Mais cela aurait fait un beau court métrage pour le cinéma ; une scènette comme l’imaginaire, nôtre imaginaire sait les façonner, une scène de vie.
 
JEAN

11/01/2018

Le Chemin des Possibles

Le Chemin des Possibles

    Combien de possibilités .. Pour un seul chemin …! Qu’auriez vous préféré faire dans vôtre vie? Avez vous réussi vôtre vie … ?
    Sans regret. Peut-être auriez vous préféré être quelqu’un d’autre, faire autre chose, faire des choses extraordinaire et mémorable ; penser à vôtre chemin des possible…
    En ce qui me concerne, et avec du recul, j’aurai ouvert ma propre multinationale, côté en bourse ; mais non je déteste l’argent !
    J’aurai été, dans mes voeux les plus chers, d’abord figurant pour le cinéma, puis figurant énervé et acteur puis acteur conseillé en mise en scène et scénariste pour finir réalisateur.
    Je crois que cela m’aurai plus d’être derrière la caméra.
    Ou alors comme JCVD, être un combattant devant la caméra ou comme Bruce Lee je mettrai en scène l’action d’un art martial surprenant et explosif, direct et dissuasif.
    Non je crois que j’aurai préféré être un ermite, isolé au savoir grandissant ; un véritable maître où la sagesse et la magie s’accorderait pour ne faire qu’un dans une croyance englobant tout un ensemble tracé dans la même logique.
    Un jour un élève viendrait à ma rencontre où cela serait une lourde épreuve. Puis il devrait me prouver sa sagesse. A la suite de quoi je m’efforcerai de lui enseigné la magie dans son art ultime afin qu’il enseigne, après ma mort ce que je lui aurai enseigné.
    Perdu dans une région reculée de Chine, j’imaginerai bien ma vie en vieux maitre
    Dans ma prochaine vie peut-être ; soit je demande à Dieu d’être un papillon soit je m’efforcerai de comprendre la structure humaine et spirituel, et serai un mage comme l’a dit une voix un jour à mon égard.
    Le chemin des possible offre bien des possibilités ; à chacun de savoir ce en quoi il croit et de s’y attacher…

JEAN

Le Spectateur

Le Spectateur

    La musique fait partie de ma vie, toute ma vie. Je ne sais pas jouer d’un instrument mais quelque soit le style, je sais apprécier la musique au point , certaines fois, d’en être l’acteur et plus le simple spectateur.
    Je supplante certaine note de musique comme un murmure où je fais le complément de musique auquel les voix sont en «extase» devant telle harmonie.
    Dans des débuts avec les voix où la musique avait déjà une place importante, mes murmures de note devenaient frissons, chaire de poule et une forme d’extase.
    Les années ont passé mais il est rare que ce genre d’émotion se reproduisent.
    Sauf exception seul les nouveautés à texte bien construites me font vibrer. Je n’ai alors pas besoin de supplanter la musique.
    Mais après plusieurs écoutes, là encore la tentation reste forte.
    Les instruments électroniques peuvent me surprendre et être également une autre forme d’extase ; comme un sentiment détecté au coeur de l’oeuvre, mon imaginaire fuse et l’aventure, certaines fois, se fait illusion.
    En tant que spectateur, ma propre volonté crée au sein de ma conscience toute une structure visuel. Il m’arrive certaines fois que ma volonté soit telle , qu’elle est remplacé par une volonté des voix car l’illusion de l’imaginaire devient alors vision, apparition stéréoscopique dans mon esprit ; alors je sais que les voix ou autre sont en harmonie avec mon mimétisme mental et que dés lors, le temps d’un instant, ma conscience ou mon esprit est en transe , et transcende la volonté des voix …
    Je suis spectateur et auditeur mais je ne m’y confine pas. Je joue , en sifflotant, autant que je peux. Un passe temps apprécier des voix, un moment sublime pour tout un bien-être partagé !

JEAN

La Liste

La Liste

    Pour un schizophrène, essayer de se repérer dans l’inconnu que sont les voix n’est pas chose aisé. Les voix sont des mots, des phrases, des émotions, sentiments, sensations, mais avec le temps, et avec une certaine analyse et réflexion, il il est plutôt bénéfique d’attribuer des noms à ces voix ; en fonction de leurs capacités, leurs différence de potentiel, leurs choix, leurs assignations, leurs préférences… leurs provenances, car dominer quelque chose , c’est se rendre maître de cette chose, et dans la vie du schizo, petit à petit, les voix deviennent son allié ; et protègent plus qu’elles ne tourmentent.
    Ainsi voilà ma liste approximative à commencer par celui que j’ai appelé récemment «Léo», l’afficheur d’illusion. De toute évidence il est une ombre, une ombre apprivoisée.
    «Mini miette» une petite voix gentille qui bavarde de manière assez taquine.
    «Bubble» ; le maître en vengeance corporelle des méfait sur le schizo, dans le passé et le futur, il affiche des mimétismes d’art martiaux radicaux de défense et aussi de dissuasion. Il n’est peut-être pas le seul personnage violent dans l’histoire mais je l’ai ainsi baptisé donc peut-être a-t-il des complices…
    «DiDle»était ma colère, il est devenu sagesse et calme avec moi.
    «Demi miette» est l’un de mes personnages ; un rôle de teigne aux débuts assez cru et au caractère bien trempé mais qui s’est adoucis avec le temps. Elle cette voix qui m’est propre, aime la douceur et l’émoi.
    «Mon ami» ; que je surnomme ainsi, reste un personnage très obscure avec un soupçon de lumière surement du à mon caractère ; il est une voix en image et en tentation d’ordre sexuel car je pense qu’il s’agit de Satan ; sous un nouveau jour, amélioré peut-être.
    Et «Petite étoile» … Le bonheur absolu .!!

    Bien des personnages trainent dans mon sillon et je ne peux pas tous les identifier.
    Toutes sortes d’être bon ou mauvais peuvent s’approcher de moi et faire des voix. Je les tutoie mais les respecte tous autant qu’ils sont …
JEAN

La Lumière qui fait peur

La Lumière qui fait peur

    Jamais la lumière ne vous aura fait peur dans vôtre vie … Vous qui vivez dans la paix et la liberté.
    Une lumière ne fait pas peur, sauf si … dans l’obscurité vous vous apprêtez à commettre un crime et que subitement la lumière est allumée mettant un terme à vôtre discrétion.
    La lumière qui fait peur, comme celle d’une étincelle dans vos appareils domestique, peut-être du à la foudre ou une surtension.
    La foudre la nuit, le jour ; la nuit celle-ci est très perceptible surtout lorsqu’il s’en suit une déflagration du à l’intense puissance ; le jour on ne l’a voit pas, on l’entend surtout.
    Mais que diraient les premier hommes face à ce mystère qu’est la foudre et sa lumière.
    Depuis les hommes ont apprit à maîtriser leurs peurs mais en est-il de même pour les animaux?
    Bien qu’assez exceptionnel, le flash d’une bombe atomique peut faire peur, en connaissance de cause. ; Je me demande ce qu’en penseraient les vieux Japonnais ; lorsqu’ils ont peur de la foudre où les traces de la guerre étaient encore présentes. Où dans ce cas assez rare la lumière pourrait faire peur…
    Mais allumer un interrupteur ou voir le soleil se lever n’est pas effrayant. Il en va de même pour l’ombre.
    Alors où est le problème …!? Seuls ceux qui n’ont pas la conscience tranquille sursauteront à la lumière ou l’ombre.
    Les plus émotif aussi peut-être ; les plus jeunes s’en amuseront.
    L’ombre ou l’absence subite d’énergie en réseau, plus de contraintes personnelles et matérielles qu’émotionnelles.
    Oui je pense que même la lumière peut faire peur, dans certains cas précis. Où la mémoire et la conscience, stabilisateur d’émotion , peuvent jouer des tours et fausser le jugement …

    La lumière reste un bien fait pour chaque jour de toute une vie …!

JEAN

30/12/2017

Cent ans de chute

58cdd1a915bc5859f5d8dafd452b8da7.png

 

Cent ans de chute

    Quand je serais mort, dans l’au-delà, soit je serais un esprit défunt, sans potentiel, soit un ange, soit j’aurai droit à un voeu auprès du tout puissant ;
    J’y réfléchis déjà car l’heure est grave!…
    Peut-être, je demanderai au seigneur d’être un simple petit papillon dans les cieux, peut-être j’irai dans le tréfonds des enfer alléger le fardeau de mon ami, celui que j’appelle mon ami : «satan» ; qui se réincarnera sur terre et deviendra peut-être satan le magnifique, ou Mister Satan ou alors, il deviendra scientifique et aura le prix Nobel, ou alors, il sera Lord Satan : immortel seigneur aimé de tous.
    Mais pour moi , ce sera difficile alors je chuterai dans le temps , dans le vide, et dans la vie de Dieu.
    Un siècle de chute où Dieu m’enverra dans les anciens univers qu’il créa et qui officiellement , n’ont jamais existé.
    Dieu ralentira ma chute et je serai un petit papillon à ses côté qui fait ce qu’il veut, un gentil papillon qui observera la science de cet autre temps où peut-être les orgies étaient monnaie courante afin de comprendre le corps humain ; si dans ce temps , ils sont humain et où satan est un Dieu permissif. Je ferai donc ce que je veux et, me choisissant un univers, je créerai le chaos parmi les vivants jusqu’à ce qu’ils, ces humains, adoptent des valeurs plus essentiel à la vie et délaissent les faux Dieux de cet univers.
    Je murmurerai à l’oreille de Dieu(le nôtre ) de créer un monde parfait très diversifié et joyeux.
    Tout le monde entendra des voix et tous se sentiront observé et seront des modèles les uns envers les autres, sans excès avec beaucoup de fantaisies.
    Alors une fois ma mission terminée, je rentrerai dans mon temps et dans mon univers, félicitant par la même le seigneur pour sa création.
    De retour dans les cieux, je serai quelqu’un et tous voudront que je leur expliquent les voix, mes aventures et mes choix.
    J’aurai vieilli et aurai pris l’apparence d’un vieux sage.
    Alors commencera ma mission dans le futur pour appuyer le libre arbitre bienveillant des humains en tant que spectre ou esprit.

    Voilà voilà ; un gros programme, bien chargé et un éventail de possibilité.
    Ah si la vie était comme un rêve, j’écrirai mon destin dans la ligne du temps et tout sera mieux, tout sera super….

    C’est simple , ce que je veux : controlé l’ensemble ou un ensemble de la ligne des destins, du temps ; une époque donnée avec un domaine de prédilection…

    Non finalement, voyager dans le temps de ce monde et faire l’ange parmi les créatures humanoïdes de nôtre seigneur… Devenir un super héros et me réincarner…? Ah peut-être mon numéro ou dossier de réincarnation sur terre est bien en dessous des centaines de milliers d’autres dossier…

    Mais mon Dieu , je peux surement être utile et , gentil, beau, normal pas trop fou. faire le normal j’en suis capable ! toi au moins, donne moi une deuxième chance…
    Bon on verra, j’attendrais…!!
    En attendant, je fais quelques petits textes pour mes vieux jours, me souvenir et de toute façon , l’ambition m’a toujours fait défaut mais questions projets, je suis pas le dernier…?!!N’EST-CE PAS???

    N’EST-ce pas ?? N’est-ce pas ?? n’est-ce pas….

JEAN

29/12/2017

Le Fardeau du Seigneur

Le Fardeau du Seigneur

    Dans le domaine des supers héros, j’appelle le bagnard. C’est un homme vêtu de haillons et de hardes rayés ; ses poignets, ses chevilles son cou sont cerclé d’acier où pendent de lourdes chaines grise d’acier avec un boulet à l’extrémité, un ou plusieurs.
    Il traine, ce super héros, sa carcasse avec tout un ensemble de guerriers. Mais lors de la bataille, il ne craint ni le feu ni les épées car, par la force de sa pensées , il fait léviter ses chaines et s’en sert d’arme de proximité durant le combat.
    Ses hanches sont également cerclé de chaines, il porte en tout plus du triple de son poids en métaux mais ses coups sont fatale à l’ennemi.
    C’est avec patience et persévérance qu’il se déplace et attend d’être au coeur de l’animation. Il porte le fardeau du seigneur ; ces chaines et ses boulets dont il ne se sépare jamais, comme un fidèle servant qui choisit une vie de peine et de souffrance afin, dans l’action, de servir au mieux son maître.
    Chaque super héros porte un nom «tape à l’oeil» mais lui on l’appelle simplement le bagnard.
    Il paye au quotidien un lourd tribut, il risque son âme mais n’échoue jamais lorsqu’il faut faire virevolter son fardeau afin d’assommer, de frapper ou de casser ses adversaires lors de la confrontation.
    Il s’est choisi cette vie, cette aventure et personne n’a réussi jusqu’à présent à l’en dissuader. Il vit avec ses amis héros, il n’a pas de famille ni parent; il est libre , a sa façon ; Il est le serviteur de Dieu dans l’adversité mais il ne demande rien en contre partie, et il est très fort dans son domaine de magie …!!

JEAN

La Douche Lazer

La Douche Lazer

    Une douche lazer…??? Une douche se déroule d’habitude avec de l’eau ; c’est pour se laver ! Mais qu’est-ce qui se passe dans la tête du schizo?…

    Là où la terre n’est qu’un vaste désert , de sable, de roches et un cimetière techologique.
    Un petit robot se déplace sur le sable glacé du matin et monte en haut de la dune qu’il aperçoit.
    De nombreux coléoptères font de même et le premier vent qui apporte la rosée rassasie les petits insectes et approvisionne le droïde en eau potable.
    Comment l’homme en est arrivé là? Des continents entiers de poubelle de machine, plus d’arbre ni de fleur, des nuit polaire et des journées de feu où les derniers survivant habitent dans le sols pour se protéger.
    Mais pourtant, c’est évident, on ne prend plus une douche avec de l’eau , l’eau est trop précieuse, on prend une douche avec un lazer ; Technologies après technologies, les hommes n’ont jamais su revenir à l’essentiel et pour se laver par exemple, le lazer est très précis et reste la seule façon de garder une certaine hygiène.
    Dans les profondeurs du sol, les survivants de l’ère électrique ne prirent que l’essentiel à leur survie, comme technologie et vivent désormais dans des silos et des tunnels.
    Les restes d’une ère décadente à l’insouciance dangereuse.
    Bien-sûr, il reste des oasis mais celle ci sont vite balayé par les tempête de particules, la chaleur du jour permet de faire fonctionner de petits refuges pour les derniers enfants de la terre qui n’imaginent plus , qui ne rêvent plus.
    L’espace était leur porte de sortie mais celle ci est désormais fermée…

JEAN

Pour arrêter de Fumer

 

hopital.jpg

 

240_F_27224260_3bVpxzrSobM6vckcmNz9Y8Bu7oiaq43k.jpg

 

Pour arrêter de Fumer

    La peur maladive des électrochocs thérapeutique psychiatrique conséquence d’un quelconque affrontement avec l’hôpital solidement soudé, chaque équipe de soins les unes entre elles, m’ont laissé comme un abandon de moi-même face à cette anarchie hospitalière que sont la médecine des troubles psychiques.
    Car les faits se sont déroulés en 2007, où, à bout de souffle entre ma famille ignorante et les équipes de suivit médicales, j’ai décidé  dans une cacaphonie mentale d’arrêter de fumer le cannabis en me faisant hospitaliser afin de m’éloigner de la racaille que j’avais pour fréquentation.
    Sans rentrer dans les détails, qui me concernent, des détails mystique qu’il y eut au cour de cette période, et juste pour stopper la consommation de drogues illicites, j’ai eu un étrange sentiment de vide lorsque j’ai appris que benoit, lui-même, s’est chargé d’établir un diagnostique me concernant, le même docteur qu’à pasteur en 2001 où le cou brisé, la fin de l’aventure s’achève après un acharnement des soins ; Tersian 75 ml matin midi et soir ; c’est sans me rendre compte que le dit docteur m’a diagnostiqué une dépression sévère avec à la clef un produit à assommer un cheval
    Mais ce n’était que les urgences psychiatriques de l’hôpital st roch.

    Le suivit conclut, lorsque je fut conduit à st marie à une incompatibilité du traitement avec le Haldol que l’on me prescrit sur place de LOXAPAC même dosage. Alors pour dormir 24heure sue 24 Benoit chapeau, il m’interdisait parses infirmiers et aides soignants de fumer une quelconque cigarette aux urgences alors que les autres y avaient droit car  ce docteur méfiant n’avait aucune confiance me rappelant par la même qui était le docteur et qui était le malade …

    L’unité que forment ces équipes de soins, entre elles, est telle qu’il est impossible au patient d’émettre un quelconque avis sur sa prise en charge et par là même  l’attente d’un service de soin.
    A l’hôpital st marie section st thérèse la tension est redescendu mais les urgences de st roch même pas une couverture pour les lits des patients qui dorment dans les couloirs de l’entrée sur des brancard et …

De toute façon si je devais me faire hospitaliser a nouveau  tout est situé a pasteur maintenant donc encore benoit et encore en servage donc il vaut mieux que j’essaie de les oublier ces fous

Mon Dieu , lorsque j’aurais oublié tout çà , pense à me faire vivre… (message au seigneur)

Cette anecdote au moment de payer la facture d’hospitalisation; facture impayable car dossier effacé; ma présence dans les locaux ne figurait plus sur les ordinateurs des urgences. Avec un déficite de plusieurs million d’euro, se permettre de faire une hospitalisation gratuite. C’est l’hôpital qui se fout de la charité… j’avais ma petite idée quant au profile du docteur qui m’a suivi mais l’incompréhention me figea.

    Ne demander jamais d’aide à une équipe de soin ou vous en serrez leur esclave. Plutôt demander à la famille et au médecin traitant de la famille la démarche à suivre en cas de problèmes avec l’un de vos proches.
    Ils ont une telle haine ces hopitaux ce sont des yennes ils n’ont aucune compassion et redoute plus une procédure judiciaire en cas de litige auquel ils s’éfforce de se protégé de se prémunir.
    Ils sont soudé entre eux pour leur propre protection et le patient devient l’ennemi nuisible qu’il faut faire taire ou endormir par de nombreux effectifs au caractère dissuaseur …

JEAN

15:46 Publié dans Perso, Récit, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

Le Maître des démons

index.jpg

 

Le Maître des démons

    Les trois soeurs Hallywell sont en secret des sorcières au service du bien. Elles ont parfois la visite d’un cupidon, ou d’un ange , d’un démons.
    Pour ralentir les projets de ce démons de l’ombre, Phoebe eut l'idée de jeter des graines sur le sol devant lui mais un autre personnage sort de la pénombre, vêtu d’une toge, et arrête le suplice du démons.
    Par lévitation, il rassemble les graines et les dispose atténuant la craintes de son ami. Et dit à celui-ci de ne plus approcher ces sorcières.
    Ensemble, ils disparaissent dans un entre claire scintillant.
    Pour les soeurs, Pheobe, Piper, et Page, l’étonnement fut total car c’est la première fois pour elles une telle apparition .
    Elles sont habituées aux phénomènes étranges cependant….

    Un jeune homme, un commercial VRP frappe à la porte des trois soeurs. Il fait une blague navrante mais il est très beau garçon et Pheobe le laisse entrer ; elle lui propose un café jusqu’a ce qu’il propose de lui vendre un de ses produits , à savoir une balayette électrique. Pheobe fronce les sourcils et le jeune homme demande s’il peut finir son café… et son biscuit avant de partir.
    Pheobe lui demande s’ils se connaissent car elle a une drôle d’impression en le regardant mais le jeune homme lui dit avoir été muté au service à domicile car avant il travaillait dans un bureau à l’autre extrémité de la ville.
    Troublée, Phoebe le laisse partir et un hurlement inhumain et strident parvient dans la maison. Un bruit dans la rue attire son attention. Le jeune VRP vient de se faire renverser par un fuyard au volant d’une voiture volée.
    Elle apprend qu’il succombera à ses blessure arrivé aux urgences de l’hôpital.
    C’est alors que le personnage avec le démon apparaît dans un miroir et lui révèle que sa dernière réincarnation s’est éteinte ; le jeune VRP . Il avoua être le maître des démons mais n’en est pas un . Il dit avoir besoin d’elle et de ses soeurs dans son monde pour le joyaux de l’ombre.
    Avant même qu’elle n’ait pu lui poser une question, il disparaît laissant de la buée sur le miroir et ce mot : «IN» tracé sur le verre.
    Phoebe raconte à ses soeurs son aventure et consulte le livre des ombres.
    Rien n’est écrit à propos de ce maître des démons mais le livre aborde un petit paragraphe sur le joyaux…
    Inquiètes elle se préparent au pire. Le soir venu, les trois soeurs s’endorme pour faire et être dans le même rêve. Elles sont dans un monde obscure et rencontre le maître qui leur confit une mission : Porter le joyaux des ombres à la tour d’argent. Elles y parviennent sans mal mais à leur réveille , elles apprennent qu’il y a eu une manifestation , les forces de l’ordre ont blessé à mort un jeune homme dans une rivalité de gang.
    C’est le chaos dans les rues depuis le décès du jeune.
    A l’unanimité, elles décident d’invoquer le joyaux des ombres qu’elles ont transporter auparavant.
    Comme un prodigieux miracle , elles se retrouvent la veille au coeur des évènements ; le jeune homme est vivant mais il est sur le point de commettre une imprudence et les forces de polices sont très tendues.
    Heureusement , elles parviennent à éviter un bain de sang inutile …
    Rentrées chez elles, elles relatent dans un journal le ressenti et l’aventure qu’elles ont vécu auprès du maître des ombres…

JEAN

14:50 Publié dans Nouvelle, Récit, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique