logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/04/2018

Le Vrai nom du Paradis

Le Vrai nom du Paradis

    Oki toki land, le vrai nom ou l’anciens nom du paradis devrait en un mot, un nom, dire «pays d’amour»… il doivent bien rire là-haut ceux qui en y allant furent au courant de biens des secrets comme par exemple le secret de la vie ; mais bien d’autres choses …
    Moi, je me demande quel est le vrai nom du paradis ?! On dit que les défunts sont dans l’enfer, pas les enfer ni le dessous des enfers, ils sont dans la lumière et pour rien au monde ils ne voudraient revenir.
    Peut-être existe-t-il un nom pour l’enfer, le monde des défunts, mais dans quelle langue et mis à part vouloir dire pays, monde ou terre d’amour combien de révélations se produisent lorsqu’on franchit la frontière de l’inconscient, oh combien cela doit être révélateur…
    Je veux dire nôtre réel n’est qu’une goutte surement à l’étendu de vie qui doit y avoir dans certains monde du seigneur.
    Alors revient «la» question ; que sommes nous… au fond?! Et le vrai nom du paradis , vérités ou imaginaires?!
    Oki toki land, sonne bien dans sa musique des mots mais de toutes évidences l’anciens nom du paradis , c’est pas çà !
    Oh combien tout à l’heure, ce vrai nom m’attirait mais bien des heures plus tard, je me demande si le langage universel peut être communiqué même par des esprits, les voix?!
    Et je me lasse d’une question qui sans recherche, dans les livres, ou sur le réseau m’aideraient d’une quelconque manière…
    C’est vrai que j’ai une curiosité assez spontanée… et une mémoire sélective capricieuse. Peut-être, il n’y a pas de réponse là où il n’y a pas de vrai question ; encore une de mes manies de perfection…
    Mais la vie est belle et qu’importe les vérités qu’on lui attribue, elle reste cependant bien courte et en évolution donc restons attentifs … restons curieux…!

JEAN

Cannabis… ?

Cannabis… ?

    J’ai entendu à la radio un message du gouvernement mettant en garde sur les dangers du cannabis au volant.
    Où un accident entrainant la mort peut briser la vie de quelqu’un sous l’emprise du cannabis.
    Quand on est jeune, on ne sait pas ces choses là. Les drogues au volant, ou au guidon, vous rendent pleine entièrement responsable en cas d’accident, les assurances ne fonctionnent pas , aucune aide de leur part et en cas de blessure ou pire, la partie civile, adverse peut dans un procès exiger une rente à vie, plus de sérieuses indemnité aux préjudices .
    De plus l’état peut, par le procureur, inculpé par de lourdes amendes et des peines de prisons.

    «Sam, celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas». Mais c’est également valable pour le cannabis et d’une manière générale pour les drogues ou toutes substances illicites. Il existe même certaines recommandation vis-à-vis de certains médicaments au volant, donc pensez dont , des drogues.
    Je pense qu’au cour du passage du permis de conduire, les jeunes gens devraient être informés des risque pénal et judiciaire lié à l’usage de drogues au volant.
    Un manque de matraquage comme dans certains autres domaines devrait faire l’objet de toute leur attention, des risques, en cas de contrôle positif, hors ou lors d’un accrochage.

    Sam, celui qui conduit, c’est celui qui ne se drogues pas, c’est valable pour beaucoup de domaines mais cela dépend aussi de l’éducation, des influences et des opinions…
    Sam, celui qui conduit , c’est celui qui sait voler une voiture….
    ça dépend des quartiers et des cultures mais ne généralisons pas les choses ; il faut de tout pour faire un monde!….
    Et plus de mise en garde par l’information pour les jeunes, et les moins jeunes pour plus de prévention…!

JEAN

10:32 Publié dans Philosophie, Plan, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

29/03/2018

Le Coffre du Mal

Le Coffre du Mal

    La colère est un sentiment de chacun, une forme de violence qu’il est nécessaire de maîtriser.
    Tout le monde se met en colère, c’est la réaction à une situation donnée ; d’injustice, de conflit, de haine, et de défit parfois.
    Tous les êtres pensant ont déjà connu la colère et la haine par la violence, verbale ou gestuelle.
    Même Dieu s’est mit en colère, lorsque certains anges l’ont mis au défit et cette colère est inscrite, quelque part figé comme toutes choses.
    Elle est gravée dans l’univers ou le monde qui l’a vu naitre. Et si cette force car dans ce cas, il s’agit bien de violence et de violent combat, par le geste et les coups, tels qu’ils aient été, ferait l’objet de convoitise, où la dite mémoire universelle, en ces lieux renfermerait une puissance colossal, où selon les écrits, Dieu propulsa certains anges dans l’ombre entrainant bon nombre d’entre eux.
    Si entre ténèbres et au-delà se cachait, se tairait cette force regroupée en un mot peut-être, un geste, un savoir afin d’offrir au plus mauvais la chance de s’en servir à titre personnel.
    Si ange et esprit font parti de la vie, bien des convoitises pourraient s’opérer autours d’un tel exploit.
    J’imagine, à ma manière, un coffre qui enfermerait cette puissance, ce mal car même la colère peut s’apparenter à un mal au service des plus vicieux où esprit de l’homme n’hésiterait pas à en faire usage pour le profit, l’imposition, la haine et sa gloire personnelle, se substituant à Dieu pour imposer et répandre son bon vouloir.
    Nul ne sait où est la vérité mais la mémoire inaccessible pour certains deviendrait une menace sans riposte possible car sans équivalence.
    Où en est le savoir de l’homme qui hait Dieu ? Où en est l’amour et la parole du seigneur ? Que fait l’homme contre l’homme appuyé de l’esprit. Esprit démoniaque ou suppôts du diable jusqu’où la convoitise du profit permettra certains être , dissimulé , d’être l’égale de Dieu.
    Un coffre du mal qui renfermerait un épisode tragique de la création, réunit et mit à la disposition d’un conflit sans précédant, parmi le divin et parmi les hommes.
    Les lois universelles sont les même pour tous, que l’on a été ou que l’on est. Seul face à cette hypothétique menace qui prend des airs concret, aboutirait au chaos et soulèverait un problème majeur : que sont ils, que font ils et qui sont ils …?

JEAN

28/03/2018

A Partir de 5 ans de Garantie

A Partir de 5 ans de Garantie

    Quand on fabrique une maison, c’est pour que ça dure, tout comme quand on trouve un emplois, c’est pour que ça dure. Si cette société de consommation le permet, construire pour que ça dure afin d’éviter le gaspillage, cela changerait beaucoup de choses.
    Faire du durable, le capitalisme n’autorise pas les industries à cela. Aussi durable que du «made in china» afin de renouveler tout et toutes choses usuelles….??!
    Et si «le tout remplaçable» deviendrait «le tout durable» pour l’indispensable…
    Acheter un produit, tel qu’il soit, et se dire : je suis tranquille !… C’est la raison du titre de ce texte : «A» partir de 5 ans de garantie ; il va de soit qu’un produit bien étudier allonge sa durée de vie et suscite l’intérêt des consommateurs.
    Si au minimum, de par la loi sur les déchets, la consommation s’attarderait sur de simple petites réparations ou la garantie, la longue garantie pièce constructeurs…
    Un prix d’achat qui serait négociable en fonction des souhaits d’utilisation du produit payé.
    Un négoce variable en fonction de la demande et du type d’appareil où la qualité, irréprochable, rimerait avec fiabilité et longévité.
    Surtout le domestique, les appareils où décharges après décharges le renouvelable laisse des paysages de mort derrière lui.
    Alors raison ou passion ; raison de vivre ou passion du pognons.
    Rien n’empêche une entreprise à l’expansion lorsqu’il y a de la demande d’extension de garantie. et donc d’intérêt pour tel ou tel produit fiable.
    Rien n’empêche les entreprises au durable lorsque leur portefeuille est en jeu…!??!…
    L’eco-participation ne résoudra pas tous les problèmes et , il faut une voix forte, unie et ferme qui impose certains changement dans les mentalité et les habitudes des consommateur et des constructeurs du quotidien, et dans l’intérêt d’entreprise forte et fier de leur futur éco-engagement !…

JEAN

Le Mnémonique Universel

Le Mnémonique Universel

    Ce que je crois … c’est que chaque chose que nous faisons, pensons, disons se fige comme un passé éternel. Nous les être vivants avons un esprit et tout se fige en un point fixe dans l’univers …. autours de nôtre planète, autours du soleil, autours de la galaxie où nous sommes en périphérie.
    Je pense que nous consommons un futur pour en faire un passé figé. Ainsi si nôtre galaxie se déplace, toutes nos pensées passées voyagent dans l’espace. Toutes nos pensées se figent comme la présence de la vie en ces lieux…
    L’univers doit avoir une mémoire de son passé pour les êtres vivants ou s’il y a une vie extraterrestre, ce serait de même.
    Seul une poignée de vivant et l’au-delà peuvent consulter cette mémoire, comme une assurance, l’assurance de ne pas commettre les même erreurs et de faire voyager, malgré nous, nos pensées ; comme un échange ou un partage, elles s’échangent au travers du vide cosmique.
    Seul notre libre arbitre nous permet de bien choisir nos pensées mais malgré tout elles se figent une fois utiliser ou prononcer…
    Un jour, ou peut, ou peut-être est-ce déjà fait, elles atteindront d’autre forme de vie et les pensées humaines auront d’autre forme de vie.
    Les animaux aussi pensent, plus avec leur instinct primitif qu’autre chose mais elles aussi se figent et font l’objet d’un voyage cosmique.
    Si toutes les pensées de la créations se transformeraient en points lumineux, il y aurait un cercle autours du soleil qui lui même ferait un cercle autours de la galaxie et peut-être un disque ou une courbe dans l’univers selon si notre galaxie se déplace, s’éloigne ou étant attirée par une autre galaxie ou étant repoussée.
    Impossible de dire ce qui me fait penser çà mais cela reste une certitude pour moi auxquels bien nombres de personnes peuvent, pas voir ces pensées mais recevoir ou passer au travers de ces points psychique qui ont été nos pensées.
    Comment nous parviennent elles et qui fait murir les idées dans nôtre cerveau?!!… Que deviennent elles mis à part voyager … l’histoire des vivants, ceux qui l’ont été ceux qui le sont s’inscrit dans la mémoire de l’univers.
    Tout, tous et toutes font une certaines attention universelle pour l’éternité de l’univers ; du moins tant qu’il est en expansion …

JEAN

10/03/2018

L’Héritage du Mal

L’Héritage du Mal

    Le bien, le mal, un bien pour un mal ou un  mal pour un bien… Une vérité qui dépend avant tout de nôtre propre point de vu ; C’est un bien qui rend bien, c’est un mal qui fait mal …
    Et l’homme est naturellement bon, qu’est-ce qui le fait parfois être cruel, en toute conscience ou malgré lui ?!
    On m’a dit un jour que l’on se prépare à la fête éternelle du seigneur … Et si chaque jour qui passe était un combat contre le mal. Tous, tous ensemble.
    Ce mal qui submerge nos esprits et qui nous pousse à la tentation malheureuse. Si chaque jour où l’on fête un saint différent se consacrer à combattre nos faiblesses. Que l’on soit dans les cieux, j’invite à la bienveillance, ou sur terre, comme un bilan, un inventaire, une confession de tentation où on répertoriait chaque passage du mal, tel qu’il soit, en nos esprit.
    Combattre le mal par un bien en faisant preuve de diplomatie, de réflexion et peut-être de concession. Un monde ou nôtre esprit comme un ennemi du bien qu’il faut maîtriser ou ignorer, un monde où nôtre esprit, l’esprit de chacun, est une continuelle quête vers le bien, une bataille sur soi-même pour la bienveillance et la paix.
    Le mal qui provient des ténèbres et nous pousse toujours plus à la faute, ce même mal que l’on porte en soit malgré nous et qui, sans mémoire, apporte le malheur, le conflit et la mort.
    La vie, la mort sont étroitement lié mais même dans la mort la bienveillance demeure. Alors pourquoi ne pas faire ce lien évident qu’est la paix dans nôtre esprit, en vers nous et envers les autres?
    Le bien et la mal seront toujours présent, certes mais ne pouvons nous pas favoriser le bien lorsque le mal se présente.
    Cela parait dérisoire, peut-être trop exigeant utopique voir impossible l’homme aime la guerre et l’a très largement prouvé au fil du temps.
    Le seigneur a dit aimez vôtre prochain comme vous même …
    Avec un peu de concession, de logique, d’attentes que la réciprocité se fera sentir. Il y aura toujours de la haine dans les coeurs mais elle ne dominera pas les ensembles, elle ne vaincra pas les masses.
    Et même si les apparences peuvent être trompeuses, concédé n’est pas une faiblesse. Comme pardonner n’est point regrettable, le mal ne laissera que d’ancienne trace et restera isoler, puni maitriser par un bien qui ne demande qu’à lui ouvrir les yeux !
    «certaines choses portent la lumière en chacun de nous, certaines choses portent la mémoire de la bienveillance, certaines choses portent le bien avec confiance aux quatre coins du monde …» Je dis, la vie est comme un bout de ficelle tenu à l’extrémité ; on sait quand on nait, on ne sait pas quand on meure. C’est ce petit segment du temps qui nous appartient?
    Et si tout ces petit segments que nous représentons arrêtaient de blesser ou brûler la ficelle, nos vies ne s’en porteraient que mieux.
    L’homme est naturellement bon, cessons le mal de le corrompre et de le rendre haineux. Nous ne sommes pas grand chose dans l’immensité de l’univers… A savoir ce que l’homme fera de l’homme.
    Essayons de nous prouver nôtre bienveillance et par là même nôtre valeur, et le mal, tel que l’histoire nous l’a conté, ne sera qu’un lointain souvenir …

JEAN

Les Aveux du Déserteur

Les Aveux du Déserteur

    Comme en 14, la désertion est passible de mort … plauton d’exécution , c’est simple ; il y a cent ans les jeunes gens mourraient au combat ou mourrait sur le plauton d’exécution en cas de rebellion, désobéissance ou désertion.
    Moi , j’étais pas né mais à l’époque l’administration, ça rigolait pas!…
    C’est pour çà que je pense à mon commandant… Le commandant du BSN où je devais faire l’école des sous officier à Istre. J’ai du surement être réformé au commandement où j’aurais du être sergent mais heureusement , j’étais apte au service militaire, j’ai été réformé deux fois, je crois une fois à Lyon Pérache , école militaire et tout le bataclan et à Marseille Lavéran (…) où j’ai finalement été relâché pour pleurnicherie.
    C’était dur l’armée , un mois de classe et c’est tout ; nettoyer des FAMAS au coton tiges, faire des ravalement de façade de leurs vieux bâtiment pourris, peintre en bâtiment ; et surtout mécano. Ils aiment bien, comme dans le privé, la main d’oeuvre gratuite l’administration ; savoir «à l’oreille» ce qu’a un véhicule tout aussi pourris …
    J’ai pas passer mon permis poids lourds, j’ai pas eu le temps ; sinon j’aurai fait camionneur … mais je préfère l’informatique.
    Au service militaire ils font de vous des hommes ou plutôt de bon ouvrier pour l’usine, (des esclaves sociales) le lit au carré, le respect des grades, la marche au pas de loi … un très bel assortiment qui ne reflette que leur médiocrité ….
    Le tire c’était sympa ; tire a trente mètres avec le FAMAS. Sauf que dans cette époque, y en avait qui tirait sur les gradés à cette séance donc le lieutenant était aux aguets, sur la défensive.
    Et comme tout il y avait le bivouaque, le camping mais avec mon second binôme on était de garde de 2h à 3h du matin sauf que celui-ci était fatigué, alors j’ai monté la garde tout seul, lorsque ce fut mon tour, seul .
    Depuis j’imagine souvent un commandant à qui parler …. et obéir car je monte la garde chez moi en scrutant de l’oreille ce qui se passe aux alentours.
    Eh oui le schizo que je suis devenu, qui entends des voix, monte la garde et fais des rapports au commandant : puisse-t-il un jour les lire…
«Ils sont sur blog50 com, mon commandant ; c’est très instructif»
    Autrement j’aurai été militaire dans l’armée de terre ; nettoyer des casseroles et faire briller des pneus … Je serais gradé depuis le temps mais hélas les psychiatre militaire  colonel médecin ont été sans équivoque : Inapte.     C’est très sérieux l’armée au début, je voulais me faire réformer P4 : Dangereux ou P3 Dépressif…
    Je ne sais pas quel code colle a mon dossier mais je suis libre.
    C’est vrai quoi, inapte au commandement et ils voulaient que je fasse mon service … Heureusement qu’on est plus en 1914, j’aurais été fusillé … militairement enterré ; enfin je crois que l’ancienne administration n’existe plus. Peut-être ont ils conservé le même protocole .
    Le schizo pense maintenant. Il est schizo et le restera … jusqu’à son dernier souffle….!
    J’ai suivit la voie administrative comme chaque fois …. (…) !! Ma vie au service actif militaire a commencé 2eme classe et s’est arrêté là …. !!

JEAN

09/03/2018

Les Socquettes et les Socceurs

Capture d’écran 2018-03-09 à 11.33.31.png

 

 

Les Socquettes et les Socceurs

    Après «bee him sport», je porte mon attention sur ce jeu mémorable aux traits de caractère très aiguisé et à la notoriété galopante.
    J’ai bien sur parler du «»footballe»».
    Des chochottes en short qui tapent fort dans un ballon rond puis ils courent, lèvent la main avant de s’écrouler par terre réclamant la victoire qui leur est dû …!
    J’adore …!!? C’est un jeu mondiale entre supporter qui finissent aux urgences et joueurs qui se négocient à hauteur de la moitié du produit intérieur brut de la France … Mouais… peut-être un jour les clubs seront à wallstreet ce que leur ballon est rond.

    Sans déconner et sans décodeur , le foot est dans toutes les bouches mais tout le monde sait ; «regarder le foot à la télé , c’est bon pour la santé» ; comme manger du chocolat, c’est trop fort on peut pas s’empêcher…
    La ligue, l’Europa, la coupe de France, la coupe des champions, le MONDIALE. Je m’y connais un peu obligé , j’écoute et zape radio et télé ; et ils en parlent … Y en parlent comme si ils avaient vu la vierge mais au sens sportif du fauteuil.
    Oui, alors le foot : non !!! les rencontres, l’export, l’achat; franchement si c’est çà moi je dis : le footballe, le jeu dans les étoiles …
    Si seulement ça servait à quelque chose mais non, ça n’apporte rien…!!! C’est planétaire inutile et non constructif ; moi je dis ZUT, zut au foot…
    Lire les besoins des gens dans des résultats toujours plus coûteux et ambitieux à en crever l’économie mondiale et l’environnement, c’est de la mdr en short.
    Mais ça plait. Du pain et des jeu, pendant qu’ils vont au foot ils vont pas se plaindre de leur salaires en faisant des grèves.
    C’est peut-être tous des schizo qui leur faut leur dose .
    Les socquettes … à crampons pour des soccers acteur …
    La société est malade et le seul médicament possible la volonté : Non je regarde pas le foot, oui je m’en fous du foot …. Aux chiottes …!!!

JEAN

J’ai trop hâte

J’ai trop hâte

    Le cinéma, c’est plus ce que c’était …! Les choses ont évolué sans moi. Ou alors, je vis avec mon passé, je ne profite pas de nôtre époque.
    Pourtant la mode appartient à tous …
    Je me souviens, j’avais trop hâte, le cinéma dans le début des années 80 … Les ordinateurs ne digitalisaient pas encore et les magnétoscope étaient taxés.
    Peu de personne s’achetait un lecteur vidéo. Si on voulait voir un film, on avait deux moyens : attendre qu’il sorte au cinéma, auquel cas on allait à l’une de ses séances, au sinon le programme TV avec de bon film, vieux mais bon …
    Puis la taxe sur les magnéto disparut. Tous les gens avait leur lecteur enregistreur. On pouvait louer un film pour pas cher alors qu’il n’était pas encore sorti à la vente mais n’était plus au cinéma.
    Les années 90 amenèrent leur lot de bonne chose et de bon film ; les vidéoclub fleurissaient comme des champignons.
    Mais là encore de mauvaises choses apparurent … Les copies ; donc les derniers magnétoscope eurent l’anti copie , la Macrovision car ils étaient semi numérique.Et seul les très vieux enregistreur pouvaient copier cette Macrovision. Le cinéma était devenu à double sens.
    Puis encore, le DVD st son apparition avec  le lecteur et son son Dolby Prologic 5.1. Mais très vite encore le cinéma n’avait plus la même saveur même si les techniques s’efforçaient de rendre la séance magique. Les ordinateur prirent le pas sur cette technologie et dans l’ombre le cinéma avançait au ralentit.
    Toujours au ralentit même les Bluray qui racheta HDDVD où le parfum du cinéma perdit beaucoup, où l’éclat du cinéma prit une apparence terne.
    C’est en retard, toujours d’une longueur que le cinéma perdu de son éclat. Les choses évoluent en retard sur l’ombre qui la précède …

JEAN

08/03/2018

Cause à Effet

Cause à Effet

    Ne vous souvenez vous pas à quelles occasions vous réagissez?…
    Il y a toujours un effet boumrang avec les gens, une action entraine toujours une réaction.
    C’est le principe de cause à effet et c’est pareils dans tous les domaines.
    Pour le schizo, les voix peuvent surement être la réaction à un choc ou un manque, des problèmes du passé qui font cet état de schizophrénie … Car au cour de la vie, le schizo et ses hallucinations sont liés comme les cinq doigts de la main ;
    Je n’aime pas trop le therme hallucination car pour moi il évoque déformation flou trouble ou discordance, je préfère le therme vision ou apparition dans mon cas. Car un drogué hallucine, c’est la raison pour laquelle il se drogue, un alcoolique hallucine, c’est la raison pour laquelle il boit mais le schizophrène lui reçoit, obtient perçoit, je remplacerai le côté hallucinations visuelles et auditives par vision et transmission de pensée…
    Un effort de ma part pour m’écarter d’une science inexacte et d’une médecine alternative.
    Je pense que tout est cause à effet, une conversation, un projet, un emploi ou même un loisir. Vous percevez les idées nécessaire à une conversation qui sont également une cause à effet et bien pour le schizo, c’est pareil !!
    Or celui-ci est lié à son imaginaire que sont les voix ; comment les perçoit il reste un mystère mais selon mon expérience elles et les visions restent toujours la réaction d’une action indéterminée.
    Elles sont le fruit d’une logique réciproque. Une telle réciprocité existe chez les personne normales mais représente un monologue chez le schizo ; c’est une mécanique psychique d’une logique rare mais reste toujours une cause à effet, banal comme chez n’importe qui.
    Pour une telle règle de vie, il faut des enjeux … car il n’y a jamais de «fumée sans feu». Je pense que peu de schizophrène comme moi se servent de leur voix et de leurs visions comme d’une réponse ou un atout au temps qu’ils ont.
    Rare sont ceux qui dessinent leur apparitions, les interprète et en font un sujet de réflexion. Pourtant ces anomalies sont toutes en relation directe avec la personne et ne font que transmettre des informations … Les voix ont coeur au dialogue et ils leur arrivent même d’illustrer ; comme un présage, passé ou futur, proche ou lointain mais les schizophrènes ne sont pas médium ni claire voyant, ou leur esprit voit la cause à effet de façon monologue ; tout ce qui atrés au schizo, dans sa vie, se répercute dans ses voix et ses visions, le schizo qui perçoit, perçoit en rapport à sa vie son entourage et ses causes à effet.
    Je ne sais pas si tous les schizophrènes ont le même type chronologique de symptômes mais les débuts de la vie schizophrénique sont un véritable purgatoire … Le jugement dernier.
    Où l’effet pardon calme le jeu, jeux des voix qui non contentes que de dire, elles font sentir, elles punissent ce qu’elles croient impropre à leurs existence et le schizo apprend leur importance à leur existence en même temps que les voix.
    Pour ma part j’ai appris à quantifier leur savoir, flatter et faire preuve de diplomatie. Au pardon s’ajoute une forme de misère, misère sociale évidente aux vues que portent les gens et les médias sur la schizophrénie et les différences, les maladresses que cela engendre vis-à-vis des personnes normales.
    Le schizo sort de son monde pour répondre à une personne normal où il peut susciter la surprise dans les deux sens du terme, bonne ou mauvaise. La cause à effet restera une structure et pas que pour les schizophrènes.
    Mais le monde schizophrénique est belle et bien une pensée, un esprit et d’authentiques hallucinations très proches pour ne pas dire leur vérité.
    Combien de spécialiste se sont penché sur les dires les rumeurs et les flash de leur patient, pas à ma connaissance. Comme une confession et UNE Mémorisation, au cours d’un entretient, le schizo doit pouvoir s’exprimer sur la vie de ses voix, leurs attentes et leurs révélations, et il ne doit pas, le spécialiste prendre çà à la légère, où l’entourage du patient joue un rôle : bon ou mauvais, avec de bonnes ou mauvaises foi.
    Pour le schizo sa vie devient un jeu d’espionnage comme à la télé ou au cinéma ; les gens dehors sont des possible voix ou espion, des protecteurs ou des bourreaux.
    Il joue son rôle avec son monologue «psychique» dans le monde où son monde n’est plus à l’abris.
    La cause à effet agit sur les repères qu’il se fabrique ; mentalement, physiquement parfois. Etre un atout, une cible … précieux le schizo se sent ainsi en certains cas , comme le mien, au yeux des autres mais reste fragile et bien sur dans sa bulle .
    La cause à effet se rétracte avec une structure de diplomatie , une méthodologie constructive où le schizo se sent protégé et non pas exposé.
    Une action engendre souvent une réaction chez les personnes normales mais le schizo lui ne réagira pas, ce sont ses voix qui le feront entreprendre bonnes ou mauvaises choses, tout dépend le contexte, et la situation et son environnement.
    Etre aux aguets, le schizo s’approprie des situations imaginaires pas toujours recommandable .
    Les voix du schizo lui font des «croyances spontanées» aux quelles la réaction à une situation imaginaire peut effondrer son monde.
    Je ne peux que mettre ma foi en jeu, les visions que j’ai eues sont toutes en rapport avec mon entourage de ma vie passé. Je dit passé car ma vie, à l’abris, désormais où je maîtrise le cas échéant une forme de spontanéité contrôlée.
    Comme toute chose les voix sont évolutives en fonction du temps. Comme toute chose les hallucination forment un récit du passé comme un petit film animé aux pouvoir révélateur accrues et sans équivoque.
    Que deviendrait le schizo sans ses voix , sans ses proches, sans son abris ?
    Que deviendrez vous sans ami, sans idée, ou sans but?!!
    L’existence telle qu’elle se présente apporte bien plus qu’on lui rend mais sait-on la discerner ?
    C’est ce que je m’efforce de faire, au travers de textes d’illustrations, de représentation mais le quotidien est propre en chacun de nous, seul ceux qui abandonnent n’inspirent pas l’avenir !
    Cela m’est arrivé mais, il y a longtemps, et depuis j’en ai fait du chemin ! La cause à effet a toujours été présente, où que je sois, quoi que je fasse et quoi que fasse mon entourage.
    Si il y a un domaine où je ne trouve pas mes mots , c’est bien la perception. Savoir comment, savoir quand ou quoi, savoir qui, m’a fait déclencher d’entendre des voix.
    Car les visions animées, je peux le dire, ont toujours été présente dans ma vie même ma vie antérieur aux voix. Une cause à effet auquel mon temps libre était prisonnier ; auquel je pris conscience d’artifices transgresseurs, déformants, remplacé de nos jours par des compensateurs et une vie qui, ma foi, se remplit en tout sens et à chaque instant.

JEAN

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique