logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/11/2017

Mentilille

Mentilille

 

Le flot des migrants en provenance de sicile n’a de cesse de submerger les autorités.Mais le vrai conflit est avec les passeurs, où j’apprends que ces pauvres migrants sont vendu tels des esclaves. Mais oublions cela et place à la fiction, quelque peu fantaisiste…

 

A la frontière Franco-Italienne se dresse un camps de réfugiés ; bloqués par les autorité Française . Les associations et même l’Europe vient en aide à ces malheureux.

Quand un beau jour submergeant les autorité, un homme seul, fit face à la police française et s’exprima ainsi :

 

- Je suis le roi auto-proclamé du nouveau royaume , ou principauté de Mentilille, situé entre Menton et Vintimille

- Moi aussi

- Moi d’abord dit un autre puis un autre

- Mes amis , mes frères , ne nous fâchons pas j’étais chef de tribu, je pense faire parfaitement l’affaire et suis apte à gouverner ce nouveau royaume

- Moi j’étais dictateur en afrique et donc j’ai plus …

- moi j’étais diplomate

- mendiant

- carrossier

- ingénieur….

 

La drôle de tête de la police française face à ce nouvel évènement quant au sort de ces malheureux qui n’aspire qu’à la paix et la liberté.

Les journaliste s’en mêlent et la nouvelle fit mouche. Une représentante de l’union européenne vint a la rencontre du roi auto-proclamé.

Mais nôtre président de région est totalement contre …

Laisser une enclave territoriale à ces migrants afin qu’ils puissent s’épanouir et subvenir à leur besoin n’est pas à l’ordre du jour.

 

C’est par l’intermédiaire des médias que le roi demande audience auprès des présidents français et italiens.

A la suite de négociation et par une ligne direct de lybie …

Les journaliste couvrent l’évènement où un cordon symbolique fut noués à la frontière française et en italie par leur président respectueux.

 

DEs mobile home furent installé sur les hauteurs et une taxe de droit de passage entre l’Italie et la france, pour les automobilistes fut instaurée.

Le nouveau royaume de Mentilille se battit avec; un bouffon pour le roi, des musiciens, un palais, mais surtout des investisseur et de plus des ONG , des associations.

Où l’idée divise totalement les citoyens de parts et d’autes de la frontière, le tracé du royaume fut accepter par l’ensemble de ses habitants et une ambassade est en construction afin de facilité les échanges commerciaux et médicaux de ces personnes qui , quelque soit les moyens, parviennent jusqu’à l’enclave.

Les citoyens sont vraiment divisé sur la question et une manifestation en régions papa est organisée.

Les débats télévisé s’animent et se font violence . Mais l’aide au migrant s’apaise et l’ordre reprends ses droits…

 

 

Tout ceci n’est qu’imagination bien-sûr….

Mais quelle merveilleuse invention qu’est la liberté de penser …

 

JEAN

Les Clefs du destin : Deuxième partie

Les Clefs du destin : Deuxième partie

La clef , en elle même est constituée de deux disques sculpté en ivoire . Les deux morceaux de la clef de l’élu s’emboite pour ne faire qu’un. C’est à l’issue de la découverte, primordiale pour l’avenir de l’humanité que les deux parties de la clef se scindent et ne font qu’une pièce.
    Au départ les deux disque constituant la clef sont à chaque extrémité du parchemin de l’élu de manière à faire bloc.
    Depuis la découverte du feu, en passant par le tissage, les clefs du destin , au royaume de Dieu, ouvrent des perspectives merveilleuses dans l’histoire des hommes.
    Mais que reste-t-il à découvrir?…
    Afin que l’homme soit à l’égale de Dieu dans l’éternité et pour l’l’éternité, il lui reste à maitriser de nombreux éléments.
    L’atome a été découvert, et utilisé, cependant il lui faut trouver un moyen d’obtenir l’énergie nécessaire à sa subsistance, sur terre et dans l’espace.
    Comme par exemple créer une étoile et utiliser son énergie.
    Maitriser le temps peut -être sous la gravité des trous noir.
    Dissiper les conflits en ses propres terres avant de parcourir l’espace . Toujours être en quête de connaissances et les partager. Entre de bonnes mains le savoir est un jeu de découverte.
    Dissuader, c’est bien ,persuader et prévenir, c’est l’avenir de l’homme qui reste entre les mains de l’homme.
    Se rapprocher de Dieu et servir sa cause, non pas par la force mais par l’esprit
    Les courants de pensées sont les bienvenus. Mais déjà , dans les temps modernes, une clef du destin de plus est en place dans le temple de Dieu. Une clef qui s’appuie sur les erreurs du passé à ne plus commettre.
    Chaque création de Dieu devra être maitriser par l’homme, dans une bienveillance accomplie.
    Si l’homme ne se détruit pas lui-même, il sera pour l’éternité la parole du seigneur …

JEAN

15:35 Publié dans Concept, Nouvelle, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

La Cachette des Miséreux

La Cachette des Miséreux

    Au milieu d’un Paris moderne, avec ses calèche ,ses promeneurs, ses quartier insolites. Où l’effort industriel bat son plein, les gens sont heureux.
    Il y a les nouveaux riches ceux qui firent fortune dans la capitale mais il y a aussi de la misère, et dans une rue bondée de gens, dans le siècle des lumière où tout le monde a sa chance, on perçoit le sifflet d’un gendarme.
    Sur le trottoir d’une grande artère de la ville, deux enfants courent. Ils sont vécu de haillons, couvert de suie.
    Ils n’ont rien volé, il sont si jeune… Leur seul crime est de ne pas rester à l’orphelinat dont ils dépendent.
    Ils courent le long des vitrines, le gendarme les course.
    Tout à coup un gentilhomme s’interpose à l’élan du fonctionnaire :

    - Vous pourriez faire attention, je ne sais ce qu’ont fait ces garnements que vous suivez mais celui qui trouble l’ordre public, c’est vous !
    - je suis en mission, dit le gendarme face à ce mastodonte. Vous voulez que je vous arrête pour entrave à la justice… Place, poussez vous! Arrêtez vous chenapans ; je vous aurais.

    Pendant que le gendarme se démène avec les passants, un commerçant invite les deux jeune garçons à se cacher sous son étalage couvert d’un rideau.

    - Il ne vous a pas vu ! Entrez la dessous et ne faite pas de bruit !

    La course du gendarme arrive à leur hauteur et au croisement commence à interroger les passant. Le commerçant l’encourage et lui dit dans son élan :

    - Arrêtez les ces brigands !! Deux jeunes voyous qui ont tourné dans la ruelle ! Il faut les pendre haut et cours!…
    L’agent de l’autorité disparait dans une foule dense et s’agite encore du sifflet…
     - Vous pouvez sortir ! le monstre est parti, vous n’avez plus rien à craindre. dit-il aux garçonnets leur tendant une pomme chacun
    - vous devez avoir faim, mangez ceci et racontez moi pourquoi vous poursuivait-il ?….
    - L’orphelinat dit le premier…
    - Oui ils nous obligent à travailler ou alors ils nous envoient dans des familles comme esclave…

    - Merci monsieur
    - merci
    - vous êtes frère…
    - non?! Mais nous ne savons pas où aller …
    - Je connais un endroit où vous pourriez vivre mais c’est un secret ! Vous ne devez le dire à personne d’autre!…

    Les enfants mangent leur pomme généreusement offerte et demandent.
    - Vous voulez nous adopter?!
    - Tenez, allez à cette adresse…

    - Les roses sauvages ?!…
    - Vous y verrez une dame, avec un panier, disent lui que vous venez de ma part, de la part de François.
    - Merci monsieur ! au revoir !

    Dans un autre arrondissement où le trajet fut une épreuve assez rude pour deux enfants, adresse en poche, ils décident de se reposer devant le lieu dit, mais personne.
    Les jeunes garçons s’endorment tels des mendiants dans une ruelle ne donnant sur nul part, une impasse.
    L’un deux explore les environs et découvre une étroite porte fermé par une étrange serrure .
    Au matin, tremblant de froid une dame les aperçoit et leur dit :

    - Il ne faut pas rester là…
    Mais à peine réveillé, les deux orphelins reconnaissent le panier et papier de l’adresse en main lui dit

    - Nous venons de la part de François, le gentil monsieur, il a dit que vous pourriez nous aider ; nous sommes orphelins mais nous nous ne voulons plus y retourner ….
    La dame sorti de son panier une clef bizarre et ouvrit la porte au fond de l’impasse
 
    - Suivez moi …
    Les jeune garçons suivirent la dame au panier et dans un torrent de lumière entrèrent dans une véritable ile paradisiaque

    Des enfant , des mamans, des papas, un puits, un verger des fruits. , tous avaient des tâches précises et les deux nouveaux furent vite dépoussiérés ,lavés, habillés et mis au secret…

    - Vous ne devez jamais révéler ce lieu au autorités. Vous êtes ici chez vous .

    Dans un immense patté de maison, un vieil hôtel voué à la destruction se cache une communauté secrète qui aide, éduque et fait du profit afin de lancer dans la vie active de pauvres bougres affamés ou malade

    - Ils semblent en bonne santé dit un ancien en examinant les nouveaux
    - vous allez apprendre nous avons une école . Vous allez apprendre a vous distinguer. Les enfants ne sortent jamais sans un adulte ; pour duper les fonctionnaire nous échangeons nos produits contre le stricte nécessaire afin de subvenir à nos besoins. Mais plus un mots allez en classe !

    De l’extérieur et dans ce quartier personne ne se douterait et c’est bien là l’enjeu ; il leur faut garder le secret pour échapper au contrôle. Il existe bien des dangers dehors, bien des pièges pour de pauvres enfants.
    Rare sont les mendiant qui entrent . Personne ne vole et personne ne tue.
    L’idée de ce concept émane d’un grand homme qui a fondé cette communauté. Un riche bourgeois qui s’est pris de passion pour ces pauvres miséreux des rues et voulu leur venir en aide.
    L’hôtel délabré de l’extérieur lui appartient .Mais il fait affaire avec de nombreuses personnes et il n’a plus le temps de venir nous voir.
    Ce sont les ancien qui gèrent ce petit paradis mais attention c’est un secret , d’accord? !? …»

JEAN

15:33 Publié dans Nouvelle, Récit, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

10/11/2017

Les Clefs du Destin

Les Clefs du Destin

    Offert comme une lettre du temps par les anciens à une poignée d’élu qui auront les piliers de la vie pour mission afin d’établir un passage entre les mondes.
    Une forme de connaissance universelle étalée dans le temps et l’espace qui au fil des âges façonneront ce pourquoi ils ont été désigné par Dieu pour le servir.
    Les fils et filles du destin reçoivent dés leur jeune âge où ils sauront lire et comprendre, chaque clef du manuscrit s’ouvre mais la page est vierge.
    C’est quand ils deviendront des hommes et des femmes et auront un métier voulu par Dieu qu’ils découvriront l’énigme inscrite sur leur parchemin.
    Dans tous les âges, dans tous les recoins de l’univers, ces élus auront la permission, une fois leur tâche accomplie , de franchir l’autre monde pour insérer leur clef dans le temple de Dieu, savoir en main et propre à l’utilisation pour les être vivants, qu’ils soient humain ou pas.
    Le texte du mystère de leur vie est une source d’inspiration pour leur futur travaux au cours de leur jeune vie.
    Leurs recherches seront primordiales pour l’avenir de l’humanité et de toute vie dans l’univers.
    Qu’ils soient sur terre ,le temps que celle-ci existe, ou dans les colonies de l’espace, ils auront l’éternité pour que l’homme découvre Dieu dans son monde, car lorsque toutes les clefs seront en place , l’homme connaitra l’autre monde.
    Et cela a déjà commencé avec l’atome…
    Un élu a inséré sa clef dans le mur du destin pour la défense de l’homme et la protection contre le chaos ; mais il reste du chemin avant d’atteindre les objectifs terrestre établis par les anciens.
    Et une centaines de clef du destin seront nécessaire à l’ouverture du passage entre les mondes.
    Une centaine d’élus promis à une grande découverte aux travers des âges.
    Seul Dieu décide qui recevra une clef et un parchemin, qui sera un élus en fonction des âges et du temps, du lieux de naissance et de l’espace.
    La gloire de Dieu aux côté des hommes pour célébrer la vie.
    La mort ne raconte pas d’histoire mais la vie est faite de l’amour de Dieu.
    Ce seront les piliers de la vie, les fondamentaux de l’humanité pour la pérennité et l’éternité …

JEAN

09/11/2017

Une Journée Parmi les Voix

Une Journée Parmi les Voix

 

Beaucoup de schizophrènes ont pris conscience d'entendre des voix qui ne sont pas les leurs et c'est là leur particularité, des voix qui viennent de nul part, certains n'en ont pas ou n'ont pas pris conscience d'en entendre.

Une voix quelque soit sa nature, physiquement non-identifiable auquel le sujet peut poser la question à maintes personnes dans la rue ou ailleurs ,cherchant son origine logique, engendrant un comportement étrange vis-à-vis des passants mais pas forcement dangereux selon la nature des voix impliquées, dans les débuts des symptômes.

Cependant lorsqu'ils sont seuls et qu'ils perçoivent encore ces voix, là ils se rendent compte de leur problème, toujours selon la nature du contenu et leur environnement.

Tandis que certains schizo n'ont qu'une simple impression de mal être, ou angoisse. La plupart des débuts de maladie chez les sujets sont dû à des voix qui établissent une sorte de jugement de leur vie passé et les incitent à obéir, elles sont, pour ce que j'en sais très persuasive et ne cessent de s'adresser à eux comme une vraie personne...

Il faut remettre les voix dans le contexte et dans le profil du schizophrène concerné. Celles-ci ne sont pas définitives mais plutôt évolutives : elles vivent  avec le temps chez les schizophrènes.

Elles peuvent être positives ou négatives, être un plus dans la vie ou devenir un véritable boulet.

 

Voici l'une de mes journée type en période de rémission, où la psychose et l'angoisse ont laissé place à la créativité.

 

Lire la suite

19:02 Publié dans Nouvelle, Perso, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

19/10/2017

La Piscine

La Piscine

    Le beau frère du maire est maire adjoint et a également un job de chauffeur de bus ; qui fait la liaison avec la vallée.
    Il fait le chauffeur depuis que la mairie lui a payé sa nouvelle piscine. Mais celle-ci n’a pas été faite vraiment dans les normes et, mis à part fuir, elle menace d’affaisser une planche de son jardin, au beauf, ce qui emporterait la cabane du voisin, qui, depuis le début, se plaint au téléphone, plus de dix fois par jour au maire adjoint, qu’il avait prévenu…

    Déjà que son bus n’est pas tout à fait aux normes non plus et puis il fait le chauffeur au black ; travail non déclaré ; il fait la liaison et il y a de temps en temps des passagers non humains dans son bus ; pour arrondir ses fins de mois. De plus il hausse les tarifs transport contrairement à ce que le département avait opter pour …

    Puis la piscine s’éventre sur la cabane du voisin. Voisin , cousin du maire qui part à la rencontre du chauffeur maire adjoint avec son tracteur, et, son fusil ; il l’avait prévenu …
    Tandis que le chauffeur fait entrer un maximum de client dans son bus ; la situation semble lui échappé derrière un cycliste sur le trajet, où la file de Klaxon n’en fini pas et, la tout étroite, après un virage, double la bicyclette avec de l’élan mais n’arrive pas à négocier le virage suivant …     Le bus traverse un champs et fini sa course dans la rivière où les clients mécontent retourne trempés vers la route tandis qu’un tracteur s’arrête mais pas pour les aider ; c’est le voisin.
    Une détonation de fusil de chasse retentit pour mettre un terme au bus déjà fatigué par l’âge et les kilomètre ; Les gendarmes arrivent passant par là et ne comprennent pas trop la situation périlleuse auquel ils ont à faire.
    Les touriste parlent aux gendarmes; une anglaise aisée mordu par une oie dans un bus de transport.
    
    Bref tout le monde hurle après tout le monde… Le voisin est maitrisé après avoir lâché une décharge de chevrotine  dans la cuisse du chauffeur.
    Le bus est inspecté par les gendarmes. Et le berger est ses oies téléphone au maire qui est absent ; il est à la pêche.
    Les oies sont agressives sous l’effet du bruit et tout ce petit monde est loin de chez lui , et inquiet.

    Quelques heures passent dans l’inconscient collectif quand le maire, au volant de sa jaguar s’arrête sur le côté de la route menant à son village. Le gendarme lui explique la situation mais celle-ci est bloqué.
    Le maire appelle ses frères, soeurs et cousins pour rapatrier tout ce beau petit monde au village ….sur la place où un auditorium est préparé pour faire la lumière sur cette affaire et pour mettre tout le monde d’accord.
    Seul, le berger et ses oies retournent vers leur ferme et, l’entrepreneur de la piscine du beauf arrive, convoqué. Où une autre décharge de chevrotine retentit encore l’atteignant à la cuisse par le voisin très calme mais très impatient d’en découdre.

    Conduire la famille administrative d’un village en garde à vue n’est pas chose aisée mais dans la vie faut ce qui faut !
    Alors qu’une horde de journaliste de l’opposition couvre l’évènement, les prochaines élections s’annoncent …. torrides!!

JEAN

13:08 Publié dans Nouvelle, Plan, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

Dieu est Grand …

Dieu est Grand …

    Il fait sombre, c’est le soir, la nuit, il fait froid. Les rues sont désertes cependant l’écho d’un homme se fait entendre dans les ruelles.
    Une patrouille sentinelle fait sa ronde. Des bruits de pas d’une course, de quelqu’un qui courre , se fait entendre.
    Des gémissements qui sont dû à un grand bruit sourd dans la nuit auparavant . L’homme apparait au croisement d’une ruelle. Sa course est maladroite mais ininterrompu.
    Soudainement, à un croisement, heurtant la patrouille sentinelle, il crie: «Dieu est grand» dans sa langue natale, l’arabe.
    Les militaires en armes, surpris, le mettent en joue mais celui-ci s’écroule au sol. Il en ensanglanté, surement blessé.
    Les militaires baissent leurs armes et scrutent les environs. Le malheureux gisant au sol est visiblement blessé. Ses vêtement sont couvert de sang mais il n’ose plus rien dire.
    Un des militaire s’accroupit et, en quelque sorte, osculte l’homme au sol. Quand il voit qu’il tient son bras où sa main  gauche est manquante.
    L’homme blessé s’excuse de leur avoir fait peur, il ne voulait qu’un peu d’aide.
    C’est avec sa ceinture que l’un des militaire lui fait un tarot dans l’urgence tandis que ses camarades préviennent le central.  

    Les pompiers et la police sont sur les lieux en moins de cinq minutes. L’homme est pris en charge et la police l’interroge afin de faire toute la lumière sur son état.
    A quelque patté de maison, sa main est retrouvé dans le caniveau. Le quartier est cerné et des patrouilles de polices scrutent les environs.
    Des curieux, qui virent les lumière des véhicules de secours, sont à leurs fenêtres et observent le drame.
    Tout à coup , un témoin vient rejoindre la police, il dit avoir été réveillé par de grands cris et avec son téléphone, a filmé une partie de la scène du litige.
    L’homme blessé témoigne mais il a perdu beaucoup de sang, il est emmené vers l’hôpital le plus proche.
    Il ne sait ce qu’il lui a prit de crier devant les militaire, Peut être le réconfort de trouver enfin de l’aide dans le quartier.

    Trois hommes sont par la suite interpellé et mis en garde à vue. Deux d’entre eux nient toute implication.

    L’homme blessé sera vite recousu et les trois prévenus incarcérés par le tribunal. Une peine pour tentative de meurtre en relation avec un entreprise terroriste est prononcé pour l’un et complicité pour les deux autres.
    L’homme blessé révèle au tribunal que son assaillant préparer un attentat ; il essayait de le raisonner quand son agresseur brandi une machette et lui assainit un coup qui lui coupa la main ,il raconta s’enfuir poursuivit par ses assaillants jusqu’à la croisée avec la patrouille sentinelle .

JEAN

13:06 Publié dans Nouvelle, Récit, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

Le Seau d’eau du Père-Noël

Le Seau d’eau du Père-Noël

    A la Noël, le père noël pense à prendre avec lui son seau d’eau. C’est un seau d’eau magique qu’il réduit et place dans sa poche, car s’il fait froid, c’est l’hiver, et qu’il descend dans une cheminée allumée, il met sa main dans la poche et le feu s’éteint, le temps qu’il dépose les cadeaux au pied du sapin.
    Car il ne faudrait pas que le père noël se brûle, il dépose les cadeaux puis en remontant par la cheminée le feu se rallume : c’est un seau d’eau magique, il ne contient pas de la véritable eau mais une potion concocter par ses lutins alchimiste qui permet d’allumer ou d’éteindre le feu dans la cheminée.
    C’est l’un des secret du père noël mais il y en a d’autre . Car dans son pays, où les rêves des enfants font le bonheur des lutins, la plupart des souhaits sont exaucés ce jour-là. Il suffit d’y croire très fort et le Père Noël l’exauce.
    Malheureusement, il a des limites et ne peut pas exaucé tous les souhaits. Noël est un jour de magie mais les lutins du Père Noël le savent bien, tout le monde rêve et pas seulement à Noël ; toute l’année…
    Si le Père Noël ne peut exaucé un souhait ce jour là ,il envoie un de ses lutin avec une solution appropriée, qui en générale, fait l’affaire.
    C’est pour çà qu’il faut être sage et bien travailler pour Noël et tous les jours de l’année …
    Le seau d’eau du Père Noël a la taille d’un dès à coudre avec une poudre , une poudre d’étoiles dedans, car si on croit aux étoiles, rien n’est impossible …
    Même le Père Noël a fait le souhait de pouvoir passer par la cheminée sans l’éteindre, il ne voudrait pas refroidir les maisons …!

JEAN

13:05 Publié dans Nouvelle, Récit, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

30/04/2017

Rue du Passant

Capture d’écran 2017-04-30 à 15.29.54.png

 



    Il y a la rue, il y a l’avenue, le boulevard et même le chemin. Mais c’est sans compter sur Jean qui ne veut une rue que pour les passants.
    Peut-être existe-t-elle, qui sait…? Il suffirait de faire une rapide recherche, mais voici ce qu’il en est car il pars à la recherche de cette fameuse rue :


    - Excusez-moi, je cherche la rue du passant. On m’a dit qu’elle était dans ce quartier
    - Ah non, désolé, je ne connais pas.

    - Vous connaissez la rue du passant?!
    - Non!! Je suis pressée!

   - Bonjour monsieur l’agent. Je dois me rendre rue du passant...
    - Vous avez le droit d’y aller! Mais qu’espérez-vous y faire?
    - Alors vous savez où c’est?!
    - Non, ça ne me dit rien! Peut-être dans la zone piétonne …
    - Merci, merci infiniment!

    - Excuser moi, je cherche la rue du passant…
    - Non, je ne fais que passer …
    - Mais on m’a dit qu’elle se trouvait dans la zone piétonne …
    - Surement qu’on vous a mal renseigné.
    - C’était un policier et …
    - Je ne sais pas!!

    - Vous! Oui, vous!! Vous devez connaître la rue du passant?!
    - Hélas , mon bon monsieur, je ne suis pas du quartier…
    - Mais vous êtes un passant!?
    - Oui…?
    - Vous devriez connaître la rue du passant?!
    - Je connais la rue mots passants ,mais…
    - Et dans cette rue, il y a la rue du passant??
    - Non!
    - Moi, je cherche la rue du passant…
    - Est-ce important…??
   - Et comment que c'est important!! Je dois y passer pour… Quel heure avez-vous?!
    - Quinze heure, êtes-vous en retard?
    - On m’attend rue du passant pour y passer! Je pensais que les passants la connaitraient mais ils n’y passant pas très souvent… C’est en passant que je me suis dit : passons rue du passant … Quel heure avez vous?…
    - Quinze heure cinq...
   - Décidément, beaucoup de passants et pas de rue du passant. Je demanderais à d’autres passants
    - Quinze heure six, mais j’avance… Combien y a t il de passant rue du passant?…
    - Comment voulez vous que je le sache. Je reste confiant, la rue du passant m’attend et il est déjà …
    - Quinze heure sept… Heureusement que vous ne cherchez pas la rue du lendemain ou celle du jour J, vous auriez du mal à les trouver…
    - Qu’est-ce que cette remarque ; j’ai déjà trouvé la rue du cherche midi, la rue du soleil, la rue du jardin et je ne trouverai pas la rue du passant. C’est un comble, çà!!
    - J’ai autre chose à faire. Bon courage!…


    Comme une aiguille dans une botte de foin, Jean veut trouver la rue du passant, parmi les passants. Mais ne serait-il pas plus judicieux de demander à la mairie afin de savoir. Et même de proposer ce nom, la rue du passant afin qu’elle existe?!
    Nôtre personnage rentre chez lui, déçu il voulait fêter l’arrivée des passants à la rue du passant pour passer le temps. Et aussi pour voir la réaction des gens… Il retournera dans les rues sans trottoir cette fois, pour célébrer la chaussée et interroger les piétons qui préfèreraient un démarcation au sol afin d’être en toute sécurité lorsqu’ils sont dans la rue sans trottoir…

    Mais çà, c’est une autre aventure…!



JEAN

14/04/2017

La Clef des Toilettes

La Clef des Toilettes

Les toilettes publiques ont une longue histoire derrière elles. On en pouvait un peu partout, il y a quelques décennies. Jusqu’au jour où elles devinrent payantes ; entretient, hygiène, maintenance et même rentabilité.

    C’est alors que c’est créé «Madame Pipi» où dans quasiment tous les lieux publiques, elle se trouvait à l’entrée des toilettes. Seul un petit pourboire était facultatif mais de nos jours, les toilettes communes sont payantes.
    Dans les stations services, en province, elles sont généralement en très mauvais état mais reste gratuites ; cependant, il faut demander la clef au concierge ou au pompiste.

    - La clef, la clef!! La clef!!
    Lorsque l’on est pressé au cours d’un voyage où la route est longue. Sur les airs d’autoroute, dans les mairies, les supermarchés.
    Mais maintenant on peut payer sa commission avec son smartphone ou sa carte de crédit pour accéder au petit coin. Pour un homme, faire pipi n’a jamais posé de problème lorsqu’on est en ville , mais pour une dame, c’est une autre affaire.
    Alors ,mieux vaut prendre ses précaution lorsque l’on sort au risque de croiser le chemin de madame pipi. Où il vaut mieux montrer pattes blanches : un pourboire, un sourire et un merci.
    Et surtout repérer les toilettes les plus proches ; surtout pour la grosse commission. Il faut die qu’il y a toute sorte de parades lorsque l’on est en voiture mais la marche reste qu’en même un grand plaisir.
    Dans ce cas, il faut être rusé et faire preuve de malice en connaissance de cause pour les petites tracasseries des sorties quotidiennes et l’apaisement, la conscience tranquille…

JEAN

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique