logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/12/2018

La Venue

La Venue

    - Dis nous  prophète …!
    - Un jour viendra le messie …
    - ça sert à quoi un messie …?
    - Quand viendra-t-il ??….
    - Dans longtemps très longtemps, je ne serais plus.
    - Combien de temps ça fait longtemps …?!
    - Comment le reconnaitrons nous ?…
    - Au début, ce sera un enfant … qui grandira !… Puis il sera un homme, un homme de Dieu ….
    - Pourquoi pas une femme …?!
    - Oui prophète dis nous …
    - Conduit nous auprès de lui !…
    - Je ne peux pas, il n’est pas né ! Mais dans longtemps, il naitra…
    - Parle nous de lui, prophète. Sera-t-il aussi bon que toi ? aussi généreux ?
    - Il naitra avec du coeur …
    - Oui dis nous prophète …
    Les enfants de vos enfants connaitront … le messie !
    - Que va-t-il faire ce messie ?…
    - Oui prophète dis nous !
    - Il fera les miracles de la vie …
    - Les miracles … de la Vie …
    - Il fera des enfants, prophète ???
    - Non ! Il sera notre lumière et nous guidera …
    - Nous ?! Prophète !?
    - Enfin nous, nous serons dans les Cieux à attendre sa venue … pour les hommes !…
    - Et les femmes, prophète, viendra-t-il aussi pour les femmes …?
    - Et les enfants ??…
    - Oui, l’homme et la femme … et les enfants verront le messie …
    - Mais il est où le messie pour l’instant …?
    - Oui prophète dis nous !…
    - Pourquoi attendre …?
    - Ne précipitons pas les choses. Les voix du seigneur sont impénétrable … Il le fera venir selon sa volonté …
    Oh prophète , tu nous parle d’un messie et de Dieu … C’est bien mais qu’adviendra-t-il de nous ?
    - Oui prophète  … et pour nous … et maintenant !?…
    - L’avenir est sans cesse en mouvement. Nuls ne peut vraiment dire si …
    - Alors pour maintenant, il faudra demander au messie ?!…
    - Oui prophète, veux tu être notre messie ?!…
    - Allons, je ne suis pas le messie …
    - Oui messie, dis nous quoi faire …
    - Guéris nous…
    - Nourris nous …
    - Eclaire nous vers le chemin de Dieu …
    - Je ne suis pas le messie ! je ne suis que son messager ! Le porteur de sa voix …
    - Oui … dis nous sa parole …
    - Nous t’écoutons !…
    - Soit ! Bien des épreuves aux travers des âges ! Bien des cataclysmes !…
    - Est-ce la volonté du messie ?!
    - Non  ! du seigneur ! Reprenons ….
    - Mais le seigneur , c’est le messie ?!?
    - Que fait Dieu alors ?!…
    - Par ma barbe !! vous n’écoutez pas ce que je vous dis ! Vous m’interrompez tout le temps … je ne sais plus où j’en suis …! Vous m’indisposez …!
    - Prophète ! Veux-tu nous écrire la parole de Dieu ?…
    - Oui, je ….
    - Il sait écrire !!!!!
    - Apprends nous à écrire … et à lire surtout …!!
    - Nourris nous, guéris nous, dis nous quoi faire !….
    - Mais à quoi ça sert un prophète ?!
    - Si vous ne m’interrompez pas tout le temps, je vais vous dire … par écrit !
    - Vive le prophète !!
    - Vive le prophète !
    - Vive le prophète …

JEAN

28/11/2018

Un Jour Une Nuit

Un Jour Une Nuit

    A la frontière de la nuit éternelle, je prie …! Le royaume du septième jour a sa frontière avec la nuit.
    Je suis mort depuis un clin d’oeil ou une éternité, cela ne fait aucune différence. Le temps est sans importance là où je suis.
    Comme tous les défunts, j’ai fini par franchir le pas. Me retrouver dans un vaste royaume m’a tout d’abord surprit, puis cela m’a enchanté.
    Je prie, en jouant au schizo près d’un lieu dont personne n’aimerait aller. Je provoque le destin, le destin du verbe en ce qui me concerne, je joue mon rôle dans son infini diversité.
    Mais surtout, celui que je nomme mon ami reste mon interlocuteur imaginaire. Et oui, même dans les cieux, on imagine.
    Je le cherche assis en tailleur faisant moult mimiques farfelues pour faire mon intéressant. Je ris, je pleure, je monte le ton et le redescend comme une attention qu’il me faut faire valoir.
    Je joute, je combat près d’une frontière… et j’écris. Mes feuilles de papiers et mon stylos, j’extériorise des sentiments que je n’ai pas eu durant ma vie de vivant. L’endroit est vaste, la frontière flou, comme tout innocent, je n’ai pas le droit de franchir cette limite… Je drague, je drague, je capte et écoute !
    Peut-être une pensée. Qui sait ce qu’il doit se passer de l’autre côté de l’ombre. Je médite pour percevoir, je bouge, je dors … je bois un café, deux, trois et je fume ! Impossible de savoir si Mister sait où je suis ? Surement qu’un ange me surveille, surement que c’est grâce à lui que j’ai autant d’inspiration.
    Je parle à Dieu puis de retour à mon ami? Je joue de mimétisme avec ma mémoire, ma mémoire d’homme. Rien !?! Je m’endors près d’un arbre, la lumière est basse et je rêve.
    Je rêve qu’il m’aide tant bien que mal à trouver l’âme soeur, je le ressens comme un esprit que l’on a en tête. Ma vie défile. A mon réveil, je ne suis plus seul, le roi des rois s’interroge à mon sujet.
    Je lui avoue mon rêve … qu’il savait déjà, mon besoin d’être blagueur, joueur, taquin. Il fait replier l’espace et me voici dans un village noir de monde. Il ajoute que parmi ces esprit se trouve celui que je cherche ; le roi devine tout !
    Je m’approche, je regarde toutes ces fêtes, ces groupes, j’écoute ces rires, ces chants, cette joie … Je m’assois à une table avec un café, tous mes papier sont près de moi et une jeune personne les remarque.
    Ni une, ni deux, je me mets à faire le pitre, l’acteur, parsemant les sentiments qui me sont donné d’avoir.
    Je m’appelle Jean, dis-je à l’assemblée, et l’assemblée me répondit : «Est-tu bien ici ou préfères-tu la frontière de la nuit éternelle ?!»
    Je me tus et me rassois. Mon imaginaire pense amour … et câlin mais je retourne près de mon arbre ; Mon rêve avait pris fin.
    J’ai besoin d’action, de grogne et de peur. Une nuée d’oiseau tournoient autours de moi dans le ciel des cieux et me voici sous l’emprise d’un esprit.
    Je suis inconscient. Comme un rêve, peut-être un rêve, je vois les ombres, ils n’ont pas l’air méchants. Je fais le vide dans ma tête, comme quand je médite. Je ferme les yeux.
    Oh des yeux d’esprits voient beaucoup de choses et me voici sur terre un ange aillé à mes côté. Quelle époque ? Quel lieu, je vais pour la première fois me rendre utile et servir à quelqu’un, quelqu’un de vivant !
    Discrètement, je m’évanouis dans l’inconscient. Le monde est là, chaque temps est un puzzle et moi comme une tacle.
    Je prête l’oreille à une fête, et la joie m’ensorcelle. Me revoici dans les cieux que je ne quitterai plus…

JEAN

12:02 Publié dans Nouvelle, Récit, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

25/11/2018

La Revenante

La Revenante

    «Notre société baigne dans un chaos sans précédant et de tous bords, la mort est à l’honneur. Cette nouvelle raconte le bonheur des esprits dans le royaume du septième jour, les Cieux.»

    Marguerite et Albert sont mort. Comme tous ceux qui ont franchis la frontière de l’inconscient, ce couple s’est retrouvé, uni dans l’amour du Seigneur l’éternel.
    Ils bavardent, jouent, se promènent sous l’oeil attentif d’un ange gardien qu’ils ne distinguent pas.
    Mais un jour, Marguerite revient dans le monde des vivants, franchissant un passage malgré elle. Albert désespéré en appel au Roi. Mais celui-ci, très occupé, ne l’écoute pas.
    Il resta prier dans ce jardin des Cieux, là où il la vit pour la dernière fois. L’ange gardien suivit la jeune femme, elle s’était retrouvé dans un monde chaotique. Les sols sont couvert de métal, les murs sont gris, elle ne sait pas où elle est mais voit la détresse de tous ces gens pris de panique dans un climat de guerre dans une époque dont elle ignore tout.
    L’ange lui murmura à l’oreille de s’enfuir car un grand cataclysme allait se produire. La jeune femme, avec  son corps de vivante, sa respiration, sa faim, sa suée se retrouve loin après des heures de marche et de course dans un dédale de tuyaux, de conduits.
    Leur ange força le passage car une revenante était dans le monde réel, le rêve de Dieu, pour prévenir le roi afin qu’il agisse, rapidement.
    Le roi approcha d’Albert ; celui-ci pleurait, une lumière fit apercevoir Marguerite, affaibli dans un monde de fer où une lueur gigantesque venait de tout détruire.
    Le roi tendit la main et la posa sur l’épaule de Marguerite pour la faire rentrer dans le royaume du septième jour.
    Albert et Marguerite se blottirent dans les bras et le monarque entouré d’ange mirent un terme à cette brèche dans les Cieux.
    Un hurlement faible provenant de très loin se fit entendre ; C’était un esprit, un esprit malin qui avait manigancé une drôle de mésaventure à celui ou celle qui s’approcherait d’un peu trop près de cette faille.
    L’affaire était close. La paisible vie du septième jour retrouvée, le couple se joignit au Roi pour un repas. Le monde des vivants n’est pas la destinée des Cieux, du tout puissant. Une enquête sera établit et l’erreur corrigée.
    Tant d’émotion avait chamboulé complètement le bonheur de Marguerite. Elle tenait Albert par la main pendant que le roi des rois raconter le fin mot de l’histoire.
    Leur aventure se répandit comme une trainée de poudre dans tout le royaume. Et quelque soit le lieu et l’époque, le monde et l’instant que Marguerite a vécu, il ne doit pas y avoir de revenant dans le monde des vivants, seul les esprits par la pensée sont libre de croire ou de faire croire, de croitre ou de décroitre dans le rêve de l’éternel.
    Ainsi fut l’aventure et ainsi fut le temps…

JEAN
   

06:36 Publié dans Nouvelle, Récit, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique