logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/01/2019

Ephémère

Ephémère

    Ephémère une idée, un texte. Le temps d’un clin d’oeil … et toujours dans le vide, sans aucun interlocuteur direct.
    Sans savoir où la pensée prononcée de l’idée va, sans savoir qui la perçoit et ce qu’il en fait … jusqu’à l’anéantissement de cette pensée, de cette idée, d’un texte, à savoir son sujet exposé effacé de la mémoire… une remise à zéro permanente !
    C’est sans savoir à qui je «pense» que les pensées d’un sentiment ou d’un concept s’effacent comme consommées, consumés par le temps.  
    Le passé que je fige est bien entendu consultable par les esprit mais certaines pensées sont telles que la psyché apparente qu’il en résulte se tait et s’en fait comme quelque chose de prisé et d’exploité jusqu’à sa source où il n’en reste rien, au bout de peu de temps.
    Ephémère les sentiments de joie par l’écrit même si l’orale reste captif, et captivant, les jours et le temps qui passe amenuisent ce phénomène de bien-être.
    Ephémère un texte même si c’est sans savoir qu’autours de ma conscience les esprits s’agitent et se bousculent pour en connaitre le contenu.
    Peut-être trop, peut-être comme un corps qu’on laisse à sa mort, un texte, une idée ne nous appartient pas, et doit être rendu.
    Rendu à Dieu ou aux esprits, ceux-là même qui en firent émerger le concept, le symbole. C’est toujours ou plutôt jamais savoir qui est aux aguets ; qui perçoit …un vivant, quelqu’un , ou un esprit fort comme un ange ; ou une machine qui enregistre.
    La psyché que je perçois est riche mais reste éphémère ; Et c’est dans ces courts laps de temps qu’il me faut apprendre, discerner mais surtout mémoriser un tel phénomène et cette faculté à le mimétiser par la suite par ma propre volonté, mon esprit !
    Les instants de bien-être qui accompagnent l’improvisation orale ou les écrits ne durent pas, ils s’évanouissent.
    La mémoire dépendante des sentiments des esprit que je perçois afin de figer un bonheur qui reste malgré tout éphémère.
    Où l’imaginaire a sa propre mémoire et où le verbe garde sa splendeur dans le temps, la psyché qui anime tout çà et qui crée des connexion entre les neurones est tout autre, dépend peut-être du bon vouloir des esprits; puisse la molécule neuroleptique que je prends ne pas être facteur d’amnésie ou alors je me retrouverais dans une impasse sociale et artistique !!….
    Ephémère sont les oeuvres, elles plaisent un jour, une fois puis on les oublie. Il faudrait une multitude d’esprit voir de nombreuses consciences, des personnes, pour apprécier et garder ce bien-être d’une oeuvre.
    Une contemplation graduée et échelonnée sur le temps pour faire vivre, à long terme, l’art et la mémoire.
    Je ne suis qu’un p’tit schizo : je répète ce qui se dit , et j’apprends ce qui se sait … je me sens comme un petit verre sur un gros hameçon, piégé entre mon futur et mon passé …dans un présent qui dépend de nombreux facteurs comme la psyché et les esprits.
    La seconde page de ce texte au moment où j’écris me fais presque oublier mon sujet de base et les débuts de la première page. Il me suffit de me relire pour orienter mes mots mais comme happer , je me suis éloigné du sujet….
    Les écrits restent et l’improvisation orale se fige, est mémorisée pour ma part, mais la vague déferlante des esprits est patiente pour éteindre une lumière déjà difficile à allumer, à rendre brillante.
    Un cycle court, éphémère d’un ou plusieurs sentiments qui rythment le temps, l’espace et la vie !

JEAN

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique