logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/12/2018

La pauvreté n’est pas un visse

La pauvreté n’est pas un visse

    Il s’agit là d’une phrase en rébus prise dans le dictionnaire que je propose pour mon exercice de dessin lorsque j’étais au collège.
    Mais ma vie est une vie de pauvre. En calculant tous mes salaires cumulés par rapport aux heures effectuées et les supplémentaires, je pense ne jamais avoir atteint le SMIC, le salaire minimum fixé par l’état ; tout au long de mes expériences professionnelles de câbleur.
    Contrat de qualification dans la climatisation à 60% du SMIC pendant sept mois puis j’ai arrêté. Une mission d’intérim dans l’électronique au même taux s’en suivit pendant huit mois ; mes plus longues missions. Contrat à durée déterminée et aucune de mes très nombreuses heures supplémentaires payée dans la zone industrielle de Carros…
    Je peux dire avoir fait une dizaines de contrat à durée déterminée de trois mois aux profits de mes employeurs du moment.
    Un stage d’accès à l’emploi dans un très grand groupe où il m’a fallut réclamer par courrier mon salaire auprès d’un organisme d’une mission de trois mois en horaire de trois huit.
    Mon curriculum s’allongeait et tous mes entretiens d’embauche se portait sur les courtes périodes de mes missions. Une mission d’intérim qui se solda par une embauche de six mois où une formule mathématique calculait ma prime pour atteindre le salaire minimum, en fonction de mes erreurs. Et où je suis tombé malade …
    Jusqu’à présent, avec mon allocation, je vis encore sous le seuil de pauvreté. Mais je fais des économies car je me prive de tout, je ne consacre mes achats qu’au stricte nécessaire, et je ne suis pas marier, ni marier ni enfant à charge donc peu de dépense. J’ai fait le plus détestable des choix en suivant une filière technique, je l’ai payé tout au long de mon parcours, moi qui voulait faire de l’informatique ; filière qui n’existera que cinq ans plus tard dans mon lycée, je dus me rabattre , vu mon faible niveau, vers l’électrotechnique.
    L’électronique me plaisait mais là encore je n’avais pas l’esprit claire.
    Vingt six ans après me voici un pauvre écrivain qui ne peut vivre de ses écrits et dépend de son allocation adulte handicapé. Si j’avais eu cet état de pleine conscience qu’est le mien plus tôt, ma vie aurait été totalement différente, et j’aurais su apprécier le temps qui passe avec  ses longueurs et ses surprises…
    Je n’ai jamais payé d’impôt, j’ai payé une longue addiction et une moto qui me coûtèrent fort cher. C’est avec ce recule que je fais part de ma situation… Peu d’entre vous peuvent en dire autant … Je suis une exception…

    Vous mendierez tant …!!!

JEAN

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique