logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/03/2018

Cause à Effet

Cause à Effet

    Ne vous souvenez vous pas à quelles occasions vous réagissez?…
    Il y a toujours un effet boumrang avec les gens, une action entraine toujours une réaction.
    C’est le principe de cause à effet et c’est pareils dans tous les domaines.
    Pour le schizo, les voix peuvent surement être la réaction à un choc ou un manque, des problèmes du passé qui font cet état de schizophrénie … Car au cour de la vie, le schizo et ses hallucinations sont liés comme les cinq doigts de la main ;
    Je n’aime pas trop le therme hallucination car pour moi il évoque déformation flou trouble ou discordance, je préfère le therme vision ou apparition dans mon cas. Car un drogué hallucine, c’est la raison pour laquelle il se drogue, un alcoolique hallucine, c’est la raison pour laquelle il boit mais le schizophrène lui reçoit, obtient perçoit, je remplacerai le côté hallucinations visuelles et auditives par vision et transmission de pensée…
    Un effort de ma part pour m’écarter d’une science inexacte et d’une médecine alternative.
    Je pense que tout est cause à effet, une conversation, un projet, un emploi ou même un loisir. Vous percevez les idées nécessaire à une conversation qui sont également une cause à effet et bien pour le schizo, c’est pareil !!
    Or celui-ci est lié à son imaginaire que sont les voix ; comment les perçoit il reste un mystère mais selon mon expérience elles et les visions restent toujours la réaction d’une action indéterminée.
    Elles sont le fruit d’une logique réciproque. Une telle réciprocité existe chez les personne normales mais représente un monologue chez le schizo ; c’est une mécanique psychique d’une logique rare mais reste toujours une cause à effet, banal comme chez n’importe qui.
    Pour une telle règle de vie, il faut des enjeux … car il n’y a jamais de «fumée sans feu». Je pense que peu de schizophrène comme moi se servent de leur voix et de leurs visions comme d’une réponse ou un atout au temps qu’ils ont.
    Rare sont ceux qui dessinent leur apparitions, les interprète et en font un sujet de réflexion. Pourtant ces anomalies sont toutes en relation directe avec la personne et ne font que transmettre des informations … Les voix ont coeur au dialogue et ils leur arrivent même d’illustrer ; comme un présage, passé ou futur, proche ou lointain mais les schizophrènes ne sont pas médium ni claire voyant, ou leur esprit voit la cause à effet de façon monologue ; tout ce qui atrés au schizo, dans sa vie, se répercute dans ses voix et ses visions, le schizo qui perçoit, perçoit en rapport à sa vie son entourage et ses causes à effet.
    Je ne sais pas si tous les schizophrènes ont le même type chronologique de symptômes mais les débuts de la vie schizophrénique sont un véritable purgatoire … Le jugement dernier.
    Où l’effet pardon calme le jeu, jeux des voix qui non contentes que de dire, elles font sentir, elles punissent ce qu’elles croient impropre à leurs existence et le schizo apprend leur importance à leur existence en même temps que les voix.
    Pour ma part j’ai appris à quantifier leur savoir, flatter et faire preuve de diplomatie. Au pardon s’ajoute une forme de misère, misère sociale évidente aux vues que portent les gens et les médias sur la schizophrénie et les différences, les maladresses que cela engendre vis-à-vis des personnes normales.
    Le schizo sort de son monde pour répondre à une personne normal où il peut susciter la surprise dans les deux sens du terme, bonne ou mauvaise. La cause à effet restera une structure et pas que pour les schizophrènes.
    Mais le monde schizophrénique est belle et bien une pensée, un esprit et d’authentiques hallucinations très proches pour ne pas dire leur vérité.
    Combien de spécialiste se sont penché sur les dires les rumeurs et les flash de leur patient, pas à ma connaissance. Comme une confession et UNE Mémorisation, au cours d’un entretient, le schizo doit pouvoir s’exprimer sur la vie de ses voix, leurs attentes et leurs révélations, et il ne doit pas, le spécialiste prendre çà à la légère, où l’entourage du patient joue un rôle : bon ou mauvais, avec de bonnes ou mauvaises foi.
    Pour le schizo sa vie devient un jeu d’espionnage comme à la télé ou au cinéma ; les gens dehors sont des possible voix ou espion, des protecteurs ou des bourreaux.
    Il joue son rôle avec son monologue «psychique» dans le monde où son monde n’est plus à l’abris.
    La cause à effet agit sur les repères qu’il se fabrique ; mentalement, physiquement parfois. Etre un atout, une cible … précieux le schizo se sent ainsi en certains cas , comme le mien, au yeux des autres mais reste fragile et bien sur dans sa bulle .
    La cause à effet se rétracte avec une structure de diplomatie , une méthodologie constructive où le schizo se sent protégé et non pas exposé.
    Une action engendre souvent une réaction chez les personnes normales mais le schizo lui ne réagira pas, ce sont ses voix qui le feront entreprendre bonnes ou mauvaises choses, tout dépend le contexte, et la situation et son environnement.
    Etre aux aguets, le schizo s’approprie des situations imaginaires pas toujours recommandable .
    Les voix du schizo lui font des «croyances spontanées» aux quelles la réaction à une situation imaginaire peut effondrer son monde.
    Je ne peux que mettre ma foi en jeu, les visions que j’ai eues sont toutes en rapport avec mon entourage de ma vie passé. Je dit passé car ma vie, à l’abris, désormais où je maîtrise le cas échéant une forme de spontanéité contrôlée.
    Comme toute chose les voix sont évolutives en fonction du temps. Comme toute chose les hallucination forment un récit du passé comme un petit film animé aux pouvoir révélateur accrues et sans équivoque.
    Que deviendrait le schizo sans ses voix , sans ses proches, sans son abris ?
    Que deviendrez vous sans ami, sans idée, ou sans but?!!
    L’existence telle qu’elle se présente apporte bien plus qu’on lui rend mais sait-on la discerner ?
    C’est ce que je m’efforce de faire, au travers de textes d’illustrations, de représentation mais le quotidien est propre en chacun de nous, seul ceux qui abandonnent n’inspirent pas l’avenir !
    Cela m’est arrivé mais, il y a longtemps, et depuis j’en ai fait du chemin ! La cause à effet a toujours été présente, où que je sois, quoi que je fasse et quoi que fasse mon entourage.
    Si il y a un domaine où je ne trouve pas mes mots , c’est bien la perception. Savoir comment, savoir quand ou quoi, savoir qui, m’a fait déclencher d’entendre des voix.
    Car les visions animées, je peux le dire, ont toujours été présente dans ma vie même ma vie antérieur aux voix. Une cause à effet auquel mon temps libre était prisonnier ; auquel je pris conscience d’artifices transgresseurs, déformants, remplacé de nos jours par des compensateurs et une vie qui, ma foi, se remplit en tout sens et à chaque instant.

JEAN

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique