logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/12/2016

L’Enfant à la Lanterne

L’Enfant à la Lanterne

UN enfant se réveille. Il fait noir, tout noir. Il n’a pas de lit ni de chambre, ni de maison. Il ne sait pas ce qu’il fait ici. Il murmure une chanson de son sommeil dernier. La peur commence à le faire trembler. Un mot: «maman», «papa», il se lève et à talon cherche. Le sol est lisse. Ce n’est pas du bois, ce n’est pas de la pierre. Il commence à avancer tout droit. Il court laissant échapper des pleurs dans ce qu’il croit être un drôle de rêve où il aimerait se réveiller
    De plus en plus vite. Il change de direction. Vers la droite, puis la gauche. Il s’arrête. Demi tour, n’y aurait-il personne là où il s’est réveillé. Il n’y voit rien. Ses sens sont en éveil. Il scrute . Il marche, il a faim, il a soif, Il ne sait pas si il a froid ou chaud , la peur le submerge. Après une longue marche dans ces ténèbres, il se sert de ses mains en guise de porte voix pour appeler à l’aide; rien !
    Il court jusqu’à ce qu’il soit fatigué , puis marche . Ses larmes ne servent à rien. Il n’est pas en danger mais il se sent observé. Il s’allonge et s’endort…
    Son réveil fut brutal. En sueur avec un drôle de sentiment à l’esprit et une musique qui lui trotte dans la tête, il reprend sa marche.
    Oh surprise, lorsqu’il parle , il y a comme un écho. Il accélère, court , trébuche et se fait mal. Il n’a même plus de larme pour la douleur… Mais il aperçoit , très loin de lui, presque à l’horizon, une lueur. Sa douleur a disparut, il reprend sa marche. Et oui… C’est une lumière. Il court. L’enfant retrouve le sourire ou plutôt une retenue de sourire car arrivé sur les lieux, il découvre une lanterne encore éclairé. Il la saisit et continue à appeler à l’aide.
    Il faits des mouvements avec sa lanterne et ce qu’il entent en retour est à double effet ; un drôle d’écho ou bien…
    Il regarde le sol et s’aperçoit que c’est du fer. Il marche sur du fer. Il appelle ses parents, chante sa chanson d’autant. Durant la marche , il ne s’est pas aperçu, c’est une monté, il est en train de gravir une montagne. Après des heures de marche, la fatigue le reprend mais il est inquiétant pour sa lanterne, seule source de lumière, il ne veut pas dormir, mais malgré tous ses efforts, il s’endort.
    Quand il se réveille sa lanterne est toujours là, toujours éclairée. En continuant dans la même direction , il s’aperçoit que le sol a changé, et que c’est de nouveau plat. Toujours avec cette impression d’être observé, de près ou de loin
    Il court mais ces heures de marche l’ont épuisé même si il s’est reposé . Le sol est très étrange. Il n’y a pas de ciel. Tous ces vains efforts et à force de crierai secours, il n’a plus de voix. Mais il n’a plus faim ni soif, il s’assoit, se repose et sifflote cette petite chanson qu’il a entendu en rêve.
    Il se met à parler tout seul comme pour exposer sa détresse à celui qui lui semble l’observer.
    L’écho de ses paroles raisonne de plus en plus fortes une épaisse brume se propage autours de lui . Il rit . Il rit aux éclats et au dessus de lui , une lumière qui le fixe.
    Il ne sait pas où il est mais il ne veut pas y rester. Il s’énerve.
    La pluie commence puis des éclaires, le vent au dessus de lui. Les lumières se font nombreuses et les voix distinctes, il s’endort…
    Il s’endort devant chez lui où ses parents le cherchent…

JEAN

16:40 Publié dans Nouvelle, Récit, Texte | Commentaires (0) |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique