Journal d'un Schizophrène 

1NANJE 100L
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/09/2018

L’Honnêteté fait Campagne

L’Honnêteté fait Campagne

    Et si le bonheur était fait de simplicité ?!… Si notre société était faite de transparences et de simplifications …. Si l’honnêteté et la rigueur faisaient barrage à l’obscurantisme et à l’anarchie…
    De nos jours, rien n’est simple, et plus on avancera dans le temps, plus les complications s’enchaineront.
    Il faut croire que l’homme fait preuve de faiblesse d’esprit pour ce qu’il lui ait l’illusion d’une vie harmonieuse.

    Avec l’or, on construit des murs mais avec de l’eau, on construit des ponts. L’homme est en or, il a oublié qu’il est fait d’eau …
    Sûr de son destin, l’homme ne fait plus de place au hasard et sûr de sa mort, il ne protège plus l’avenir.
    Mais il est bien hasardeux que de prétendre changer la vie, tout comme il est bien hasardeux d’avoir foi en soi. Protéger et servir pour une évidence essentielle, nul n’a le droit de juger un avenir aléatoire, tout comme nul n’a le droit de s’avancer au dessus des lois. La nature est le sol que l’homme piétine sans relâche, l’homme écarte bien des réponses à ce que son coeur lui dicte.
    Il est nul certitude non concertée, et les choix de l’homme pour l’homme relève plus d’esprit de machine.
    La machine économique tourne vite ses repères dans le monde, pour prévenir une illusion dérisoire ou guérir une vie qui court.
    Toujours plus vite va la mécanique, mais est-ce là l’essentiel, l’homme peut-il seulement le discerner ?
    Que lui reste-t-il à part le temps et l’esprit ? C’est pour un bonheur inqualifiable que l’homme est l’homme ; par l’esprit, la nature, le temps et l’univers.
    Il faut avoir foi en son esprit pour être honnête ou faire campagne. L’histoire de la vie ne peut se faire sans l’homme et la nature, et l’univers fait partie de l’homme.
    Puisse-t-il avoir foi en ce que lui dicte son coeur et profiter des joies des jeux de l’esprit… !

JEAN

23/09/2018

A Valeur Symbolique

A Valeur Symbolique

    Ce n’est pas «un avaleur symbolique» mais belle et bien les choses qui sont à valeur symbolique ; tels que les rêves, l’horoscope, le tirage des tarots, un tableau etc… ou une vie !…
    Nous n’avons pas de loi à valeur symbolique dans notre constitution, les lois, c’est lucratif pour un gouvernement toujours en manque….
    Le rachat d’une entreprise pour un euro symbolique a une valeur symbolique.
    Se payer des amis, les nourrir ; le shit et le couvert, çà c’est à valeur symbolique.
    Peut-être un voyage est à valeur symbolique ; «la visitation»…!
    Un photo, une vidéo sont à valeur symbolique au sens où ce n’est plus qu’un souvenir.
    Mais il n’y a pas, normalement, de salaire symbolique sauf pour les appelés au service militaire ou les loi sur le travail permettant un temps d’essai renouvelable et gratuit !
    On se paye internet, c’est à valeur symbolique ; impossible d’en faire une réalité de ce système virtuel.
    Les rêves sont aussi une source lucrative où la symbolique des songes font couler de l’encre et sont une source de profits vis-à-vis des plus naïfs.
    L’horoscope ne se trompe jamais… faut dire qu’ils sont assez vague, voir complètement flou dans leurs affirmations.
    Tout comme le tirage des tarots… lucratifs …! Aussi persuasif que magique , aussi flou que réel… Quelle belle escroquerie çà les tarots.
    Certains artiste du siècle passé vivaient au jour le jour et distribuaient leurs oeuvres pour un repas, un coin dans l’étable ou quelques pièces de monnaies. Nombre d’entre eux auraient du traverser les siècle pour voir de leur yeux ce que le symbole aurait fait d’eux avec leurs toiles…!
    Il se peut que même une vie soit à valeur symbolique, pour certains esprits mais çà, c’est une autre histoire.
    L’histoire avec un grand «H» est la mémoire symbolique d’un monde qui change, elle est la mémoire d’erreur à ne plus commettre bien entendu !
    Mais avec un tel raisonnement, il serait difficile de discerner le réel de l’irréel, le symbolique du concret où la force des mots pourrait se perdre dans un méandre de subtilité non-négligeable et pourtant obsolète…
    Lorsque l’on vit, on meurt et là encore la mémoire des êtres restera à valeur symbolique, leur trace sur le monde.
    Comme tout les êtres, être père ou mère a une valeur symbolique aux yeux de la société, des proches, elle demeure la trace du temps dans cette longue course autours de notre soleil ; elle est le symbole de la race, le pays, la famille mais n’est pas toujours un réel apprécier à sa juste valeur.
    Le physique sculpté ou la beauté, l’intelligence ou plutôt la logique sont des symboles d’une réalité qui prône l’attachement.
    Les bases de la sciences et la science dans ses découverte ne sont pas symbolique ; pourtant, elles sont les évidents calcules qu’un jour l’homme ira dans les étoiles et voyagera de monde en monde. Ce qu’il y a de symbolique dans la science relève plus du côté intuitif des découvertes et non pas de l’aspect mathématique des choses.
    La littérature, l’écriture, les arts en générales sont une forme d’évolution où la symbolique prend une valeur réel, mais cela dépend du temps et des courants de pensées.
    La pensée est à valeur symbolique , elle est l’essence d’un monde, discrètement, elle se discerne dans son changement au fil des âges, au grès des époques et se caractérise par un réel qui n’a d’autre base qu’une symbolique .

JEAN

22/09/2018

Les Temps Immémoriaux

Les Temps Immémoriaux

    Avant même que ne naisse l’univers qui nous abrite, avant que la notion d’infini ne fasse son apparition, les temps immémoriaux sont le symbole de l’éternité.
    Aucun ancien ne peut en témoigner car seul Dieu y prit part, lui et tous les anges. C’était le temps où la vie n’était qu’esprit, paradis, jardin d’éden.
    Les êtres s’élevaient dans les airs naturellement et toutes les apparences étaient présentes, les apparences des mondes des Cieux.
    Nôtre Seigneur y était jeune, peut-être, et insouciant. Toutes les races se côtoyaient, dans la paix et dans la joie.
    Le bonheur régnait dans toute sa splendeur, et c’est sans conflit que la vie les portait au travers des âges et des mondes.
    Tout y était permis car tout était en abondance. Il faisait bon vivre, manger, boire, rire et aimer … C’est sans nul doute le lieu utopique le plus prié de tous les temps où la notion de temps n’avait pas cours.
    Chacun regardait le ciel de ce monde avec une couleur différente. On pouvait dormir cent jour et se réveiller comme si de rien n’était, on pouvait manger ou s’abstenir, voyager de village en village, ce monde idéal n’avait guère de problème … ni de mémoire.
    On y coulait des jours paisibles sans se soucier des autres. L’amour n’était pas le coeur de leur vie, la fête était surtout à l’honneur.
    Les spectacles, la magie, les banquets étaient mis en avant, la désinvolture emplissait l’esprit de ces êtres.
    Il a du se passer quelque chose ; une assemblée ou un étrange sentiment et l’amour fut porter au dessus de tout, mais cela ne suffisait pas. Et pour sauvegarder la mémoire, nôtre jeune Dieu créa l’univers pour conserver une trace de chacun en son temps, et d’y faire une créature à son image avec le temps afin qu’il représente la vie dite mortel où tous les sentiments seraient.
    Un différend avec l’un de ses anges l’obligea à créer également les ténèbres qui furent et fut le présent de Dieu.
    Ceux-ci apportèrent un ensemble complet de sentiment, d’émotions, de raisons pour des mortel possédant leur propre libre arbitre.
    La mémoire se traça au fil des âges et pour marquer les esprits, la vie eut ses propre lettres de noblesse, qui traversèrent le temps et les continents.
    DE toute part un face à face impétueux fit rage mais la nature de la vie repris ses droits et l’homme changea sur ce destin qui était le sien.
    La mémoire ainsi garantie, les esprits devinrent des êtres indépendant, à part entière où leurs passages dans l’univers serait tracés mais indéfini.
    Le monde des temps immémoriaux était révolu, leur citoyens s’invitèrent dans l’univers au travers des mondes et des âges.
    L’insouciance avait laissé place à l’amour. La curiosité avait pris place sans la fête.
    Et au travers des âges, l’homme allait laisser l’emprunte des temps immémoriaux, discrètement dans le temps dans quelques esprits éparpillés.
    Le monde tel que l’on connait porte les traces d’une ancienne utopie qui peut-être fut désertée au profit de l’amour de Dieu …. Ces êtres, de fêtes et de joies, comme des hommes, profitèrent pleinement de ce lieu de vie ; où chacun façonna à sa guise son paysage …

JEAN

 

Plus Amer que la Mort est la Haine.

Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique